Daryl Gregory

BIOGRAPHIE

Daryl Gregory est né le 26 juin 1965 à Chicago et grandit à Darien, dans l'Illinois, avec ses deux soeurs.

Il sort diplômé de l'Université d’État de l'Illinois en 1987, avec pour matières principales l'anglais et le théâtre. La même année, il épouse Kathleen Bieschke.

Pendant trois ans, il enseigne en lycée dans le Michigan. Puis le couple déménage pour Salt Lake City où Kathleen a obtenu un poste à l’Université de l’Utah. Le couple a deux enfants qui sont maintenant adultes. Après leur divorce et sa décision de se consacrer à plein temps à l’écriture, Daryl Gregory s’installe en 2016 à Oakland, en Californie, en compagnie de Liz Groen Trombi, rédactrice en chef de Locus.

Il vit aujourd’hui à Seattle, dans l’État de Washington.

Le premier texte qu’il vend est In the Wheels en 1990, écrit lors d’un atelier Clarion. Son premier roman Pandemonium sort en 2008 et remporte le Prix Crawford.

Il est également actif dans le monde des comics et écrit les scénarios des séries Dracula : Company of Monsters (2011, avec Kurt Busiek) et de Planet of the Apes (2011-2012) pour Boom ! Studios, ainsi que le roman graphique The Secret Battles of Genghis Khan (2012) pour IDW et Legenderry: Green Hornet pour Dynamite (2015)

Sources principales : site personnel de Daryl Gregory (consulté en septembre 2019), Locus, avril 2014 (consulté en septembre 2019)

ROMANS

R.01 Pandemonium (fantasy), Del Rey / Ballantine, août 2008

It is a world like our own in every respect ... save one. In the 1950s, random acts of possession begin to occur. Ordinary men, women, and children are the targets of entities that seem to spring from the depths of the collective unconscious, pop-cultural avatars some call demons. There’s the Truth, implacable avenger of falsehood. The Captain, brave and self-sacrificing soldier. The Little Angel, whose kiss brings death, whether desired or not. And a string of others, ranging from the bizarre to the benign to the horrific.

As a boy, Del Pierce is possessed by the Hellion, an entity whose mischief-making can be deadly. With the help of Del’s family and a caring psychiatrist, the demon is exorcised ... or is it? Years later, following a car accident, the Hellion is back, trapped inside Del’s head and clamoring to get out.

Del’s quest for help leads him to Valis, an entity possessing the science fiction writer formerly known as Philip K. Dick; to Mother Mariette, a nun who inspires decidedly unchaste feelings; and to the Human League, a secret society devoted to the extermination of demons. All believe that Del holds the key to the plague of possession–and its solution. But for Del, the cure may be worse than the disease.” (présentation de l’éditeur)

L'avis de Gromovar

* Prix Crawford 2009 : victoire (meilleur premier roman de fantasy)

* Prix Locus 2009 : 2e place (meilleur premier roman)

* Prix World Fantasy 2009 : nomination (meilleur roman)

* Prix Mythopoetic 2009 : nomination (fantasy pour adultes)

* Prix Shirley Jackson 2009 : nomination (meilleur roman)

R.02 The Devil's Alphabet (SF), Del Rey / Ballantine, novembre 2009

Switchcreek was a normal town in eastern Tennessee until a mysterious disease killed a third of its residents and mutated most of the rest into monstrous oddities. Then, as quickly and inexplicably as it had struck, the disease–dubbed Transcription Divergence Syndrome (TDS)–vanished, leaving behind a population divided into three new branches of humanity: giant gray-skinned argos, hairless seal-like betas, and grotesquely obese charlies.

Paxton Abel Martin was fourteen when TDS struck, killing his mother, transforming his preacher father into a charlie, and changing one of his best friends, Jo Lynn, into a beta. But Pax was one of the few who didn’t change. He remained as normal as ever. At least on the outside.

Having fled shortly after the pandemic, Pax now returns to Switchcreek fifteen years later, following the suicide of Jo Lynn. What he finds is a town seething with secrets, among which murder may well be numbered. But there are even darker–and far weirder–mysteries hiding below the surface that will threaten not only Pax’s future but the future of the whole human race.” (présentation de l’éditeur)

Le roman a d'abord été annoncé sous le titre Oh, You Pretty Things.

L'avis de Gromovar

* Prix Locus 2010 : 11e place (meilleur roman de SF)

* Prix Philip K. Dick 2010 : finaliste

R.03 Raising Stony Mayhall (horreur), Del Rey / Ballantine, novembre 2011

Traduction: Stony Mayhall, une éducation, traduit par Laurent Philibert-Caillat, Le Bélial’, août 2014

Un jour de 1968, pour des raisons inexpliquées, des morts reviennent à la vie, mais les forces gouvernementales mettent fin à l’épidémie. Quelque temps après, Wanda Mayhall trouve un bébé glacé et dépourvu de souffle, et pourtant vivant. Elle décide de le garder et de l’appeler John, mais on le surnommera plus tard Stony. Les mois et les années qui suivent montrent en quoi Stony n’est pas un garçon ordinaire. Il grandit à toute allure, semble invulnérable, n’a besoin ni de dormir, ni de se nourrir. En feuilletant un magazine, il apprend l’histoire des zombies de 1968, mais sa sœur Alice le réconforte et lui explique qu'il est une anomalie : aucun autre mort-vivant n'est capable de grandir comme lui. Il coule des jours heureux auprès de ses sœurs et de son copain Kwang.

Il apprend un jour qu’environ un pour cent des morts-vivants ont survécu à la répression de 1968. Des réseaux se constituent, au sein desquels s’affrontent ceux qui ont des idées différentes sur l’attitude à adopter face aux humains. Stony l’ignore encore, mais il va être un élément essentiel dans le destin des morts-vivants. (P.C.)

L'avis de Gromovar

* Prix Goodreads 2011 : 17e place (horreur)

* Prix Locus 2012 : 11e place (meilleur roman fantasy)

* Grand Prix de l'Imaginaire 2015 : nomination (roman étranger)

R.04 Afterparty (SF thriller), Tor, avril 2014

Traduction : Afterparty, traduit par Laurent Philibert-Caillat, Le Bélial’, septembre 2016

Dans l'hôpital psychiatrique où elle est retenue, Lyda Rose apprend le suicide de son amie Francine, à la suite du sevrage qu'on lui a imposé. Le passé de Lyda la rattrape. Au sein de la start-up qu'ils avaient fondée, elle et une poignée d'amis pensaient avoir réalisé une percée décisive dans le domaine neurologique. Mais la fête destinée à fêter ce succès s'est terminée tragiquement : Mikala, son ex-épouse, a été tuée sans que les autres, victimes de la drogue qu'ils ont élaborée, sachent dans quelles circonstances. Lyda est persuadée que c'est cette drogue, surnommée le Numineux, qui a causé la mort de Francine, une drogue qui déclenche des crises mystiques et qui se répand parce que quiconque peut la synthétiser à l'aide d'une simple imprimante chemjet. Un membre de leur ancienne équipe a dû relancer la production. Après avoir obtenu sa libération sous surveillance, Lyda se lance à sa poursuite, aidée par Ollie, une ex-militaire spécialiste du renseignement qu'elle a rencontrée à l'hôpital psychiatrique, et par le Docteur Gloria, son hallucination personnelle. (P.C.)

* Prix Lambda 2014 : nomination (LGBT science fiction/fantasy/horreur)

* Prix Locus 2015 : 10e place (meilleur roman de SF)

* Prix John W. Campbell Memorial : finaliste (meilleur roman de science-fiction)

R.05 Harrison Squared (jeunesse), Tor, mars 2015

Traduction : Harrison Harrison, traduit par Laurent Philibert-Caillat, Le Bélial’, février 2020

"Harrison a un problème avec l’océan. Qui a sans doute à voir avec le fait que lorsqu’il était tout gamin, « quelque chose s’y est passé »… Un quelque chose proprement horrible dont il n’a aucun souvenir conscient, mais qui a coûté la vie à son père, lui vaut une prothèse carbonée en guise de jambe droite, et des douleurs fantômes pour occuper ses nuits. Or, la thalassophobie, quand votre mère est océanographe, c’est assez compliqué. Surtout quand cette dernière se pique de mener une mission improbable au large de Dunnsmouth, petite bourgade portuaire typique de Nouvelle-Angleterre, avec ses pignons, son vieux phare, son architecture georgienne typique, son collège au style gothique suranné et ses habitants aux allures de poissons morts. À moins que ce ne soit l’imagination d’Harrison qui en rajoute un brin… Il faut dire que le poisson, Harrison, il n’aime pas beaucoup ça. Or voilà que sa mère disparaît à son tour, victime d’un accident alors qu’elle disposait des balises en haute mer…" (texte du rabat de quatrième de couverture)

L'avis de Gromovar (consulté en février 2020)

L'avis de FeydRautha (consulté en mars 2020)

* Prix Locus 2016 : 5e place (meilleur livre pour la jeunesse)

R.06 Spoonbenders (fantasy), Knopf, juin 2017

Traduction : La Fantastique Famille Telemachus, traduit par Laurent Philibert-Caillat, Jean-Claude Lattès, mars 2018

"Teddy Telemachus, escroc charismatique, participe à une étude sur les perceptions extra-sensorielles secrètement dirigée par la CIA. C’est là qu’il rencontre Maureen McKinnon, une authentique médium. Après une idylle mouvementée, Teddy et Maureen se marient et ont trois enfants surdoués, avec lesquels ils forment la Fantastique Famille Telemachus, qui sillonne le pays pour présenter au public les pouvoirs de chacun. Irene est un véritable détecteur de mensonges, Frankie peut déplacer des objets par la force de sa pensée et Buddy, le benjamin, sait prédire l’avenir. Hélas, un soir, la tragédie va les diviser. Des décennies plus tard, les Télémachus n'ont plus rien de fantastique. Irene est mère célibataire, sans emploi. Frankie doit une somme importante aux anciens associés mafieux de son père. Buddy vit complètement replié sur lui-même. Et, compliquant les choses, la CIA réapparaît, pour voir s'il reste un peu de magie au sein du clan Telemachus. Quant à Matty, le fils d’Irene, il vient de vivre sa première sortie de corps. Il n’en a parlé à personne, mais ce pouvoir sera peut-être nécessaire au salut des siens – à moins qu’il n’achève de déchirer sa famille…" (4e de couverture)

L'avis de Gromovar (consulté en juillet 2019)

* Prix BSFA 2017 : présélection (meilleur roman)

* Prix Locus 2018 : 3e place (meilleur roman de fantasy)

* Prix Nebula 2018 : nomination (roman)

* Prix World Fantasy 2018 : nomination (meilleur roman)

RECUEILS DE NOUVELLES

C.01 Unpossible and Other Stories, Fairwood Press, novembre 2011

Contient : Daryl Gregory: Facts and Obsessions (Nancy Kress) ; Second Person, Present Tense ; Unpossible ; Damascus ; The Illustrated Biography of Lord Grimm ; Gardening at Night ; Petit Mal #1: Glass ; What We Take When We Take What We Need ; Petit Mal #2: Digital ; Message from the Bubblegum Factory ; Free, and Clear ; Dead Horse Point ; In the Wheels ; Petit Mal #3: Persistence ; The Continuing Adventures of Rocket Boy ; Story Notes ; About You (essai)

* Prix Locus 2012 : 13e place (meilleur recueil)

CHAPBOOKS

2007 Second Person, Present Tense (novelette, SF), Fictionwise, avril 2007

Traduction : Deuxième Personne du Singulier, traduit par Amélie Ferrando, Angle Mort n° 1, novembre 2010

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Lien Intenet de la traduction (consulté en juillet 2019)

Mitch et Alice, les parents, ainsi que les deux psychologues successifs qui s'occupent de « Thérèse » essaient de réveiller ses souvenirs et de faire revenir la première jeune fille qui vivait dans ce corps avant d’être victime d’une drogue appelée Z. Seulement « Thérèse » est convaincue de ne pas être celle qu’ils croient et refuse de se laisser faire. (P.C.)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

Première parution : Asimov’s, septembre 2005

Repris dans l'anthologie Year's Best SF 11, ed David G. Hartwell & Kathryn Cramer, juin 2006

Repris dans l'anthologie The Year's Best SF : Twenty-Third Annual Collection, ed Gardner Dozois, juillet 2006

Repris dans l'anthologie The Mammoth Book of Best New Science Fiction: 19th Annual Collection, ed Gardner Dozois, septembre 2006

Repris dans l'anthologie Twenty-First Century Science Fiction, ed David G. Hartwell, novembre 2013

Repris dans Clarkesworld #134, novembre 2017

* Prix des lecteurs d'Asimov's 2006 : victoire (meilleure novelette)

* Prix Locus 2006 : 23e place (meilleure novelette)

* Prix Theodore Sturgeon 2006 : finaliste

2014 We Are All Completely Fine (novella, horreur), Tachyon Publications, août 2014

Traduction : Nous Allons Tous Très Bien, Merci, traduit par Laurent Philibert-Caillat, Le Bélial, août 2015

La psychologue Jan Sayer a proposé à trois hommes et deux femmes de suivre une thérapie de groupe. Tous ont vécu des expériences traumatisantes plus ou moins similaires et tous y ont survécu.

Martin porte en permanence des lunettes, des sortes de Google Glass, mais affirme pourtant ne rien filmer. Stan a été détenu avec des amis par les Weaver. Ils étaient suspendus à des crochets et, régulièrement, un d'eux était décroché avant qu'on découpe des parties de son corps. Finalement, la police intervint, les Weaver furent tués mais Stan, le seul survivant, se considère comme un monstre.Barbara porte sur ses bras et ses jambes les marques que lui a laissées le scrimshander, le sculpteur sur os de baleine. Harrison a également une cicatrice due au scrimshander, ainsi que d'autres traces de blessures et mutilations.Quant à Greta, des spirales, des labyrinthes en relief et des zigzags nets parcourent son bras, des marques précises, de la densité d'un manuscrit.

Après la réunion, Barbara rentre chez elle où elle retrouve son mari, Stephen, et ses deux garçons. Alors que tous sont couchés, elle part en voiture, vers un autre appartement où elle se livre à sa passion : la peinture. Là elle prend un bain en pensant au scrimshander et à ses dernières paroles : Je t'ai laissé un message. (P.C.)

* Prix World Fantasy 2015 : victoire (meilleure novella)

* Prix Shirley Jackson 2014 : victoire (meilleure novella)

* Prix Locus 2015 : 3e place (meilleure novella)

* Prix Nebula 2015 : nomination (novella)

* Prix Theodore Sturgeon : finaliste (meilleure science-fiction courte)

* Prix Hugo 2015 : présélection (meilleure novella)

SÉLECTION DE RÉCITS

1990 In the Wheels (novelette, SF), F & SF, août 1990

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

[…] futuristic tale of two teenage friends making clandestine visits to a forbidden, irridiated city where earlier visitors have elevatedd racing magically souped-up old cars along abandoned highways into something like a religion. […]” (Faren Miller, Locus, novembre 2011)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

1992 The Sound of Glass Breaking (mainstream), Antietam Review, printemps 1992

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

1997 An Equitable Distribution (), Alfred Hitchcock Mystery Magazine, octobre 1997

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2004 Free and Clear (nouvelle), F & SF, février 2004

Traduction : Dégagé, radicalement, traduit par Claire Kreutzberger, Fiction – tome 12, mars 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

2004 The Continuing Adventures of Rocket Boy (novelette), F & SF, juillet 2004

Traduction : Les Aventures de Rocket Boy Ne S'Arrêtent Jamais, traduit par Claire Kreutzberger, Fiction – tome 16, mars 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

À l'âge de seize ans, Tim a perdu son meilleur ami, Stevie. Il avait construit une maquette de vaisseau spatial de six mètres de haut. Plus tard, la police a découvert des bouteilles de lait pleines de peroxyde d'hydrogène. Le bruit de l'explosion s'est propagé jusqu'à huit kilomètres à l'ouest. Depuis, Tim ne se sépare pas de sa poche urinaire, ni de ses béquilles.

C'est l'été après la cinquième que les deux copains ont commencé à réaliser un long métrage inspiré de Star Wars, d’abord avec un caméscope puis avec une caméra huit millimètres. Des deux, c’était Steve le plus passionné parles aventures de Rocket Boy.

Aujourd’hui, Tim revient sur les lieux de son enfance. Il loue une maison située de l’autre côté de celle de Steve et renoue avec les parents de Steve, les Spero, qui habitent toujours là, avec William, leur bébé inattendu. Ils n’ont, semble-t-l, rien gardé de leur premier fils mais Tim, profitant d’un de leurs voyages, installe chez les Spero des caméras, micros et capteurs. Malgré les années qui ont passé, il n’a pas oublié les cicatrices sur le corps de Steve, traces des maltraitances infligées par son père. Steve disait que ce n’était qu’un corps après tout, ce n’était pas lui. (P.C.)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

Repris dans l'anthologie Utopiales 2015

2005 Second Person, Present Tense (novelette SF), Asimov’s, septembre 2005

Voir rubrique Chapbooks

2006 Gardening at Night (novelette SF), F & SF, avril 2006

"[...] Set sometime in the present day, the story follows Reg, engineer of recombinant mine-detector machines (called “mytes”). As he tries to dictate the complex actions of the increasingly puzzling mytes, his own life becomes more chaotic. He, his wife and his son lurch awkwardly about as they negotiate the family’s separation. To top it off, Reg’s wise mentor, creator of the mytes, is dying of drug-resistant tuberculosis. What’s the point of it all?

Reg learns the answer in a place where he least expects it: his mentor’s mischievous programming of the mytes leads to…well, I won’t say, but it’s something unexpected and striking. [..]" (Elizabeth A. Allen, Tangent Online, février 2006)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

2006 Damascus (novelette, SF), F & SF, décembre 2006

Traduction : Damas, traduit par Claire Kreutzberger, Fiction – tome 10, septembre 2006

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

[The story] turns the visions of one modern woman’s seizures (officially dubbed temporal lobe epilepsy) into a new religion, whose disturbing mix of mad ideas and genuine ethic can make us question all religions.” (Faren Miller, Locus, novembre 2011)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

Repris dans l'anthologie Year's Best SF 12, ed David G. Hatwell & Kathryn Cramer, juin 2007

Repris dans l'anthologie The Year's Best SF : 24th Annual Collection, ed Gardner Dozois, juillet 2007

2007 Dead Horse Point (nouvelle, SF), Asimov’s, août 2007

Traduction : Dead Horse Point, traduit par Erwann Perchoc & Alise Ponsero, Bifrost n° 74, avril 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Après vingt-trois ans de silence, Julia demande à son amie et ex-amante Venya de venir la rejoindre d’urgence. Depuis l’université où elles se sont rencontrées, Julia est sujette à des absences à l’issue desquelles elle noircit des pages entières qui jettent un nouvel éclairage sur la mécanique quantique. A ses côtés se tient son frère Kyle qui veille sur elle depuis vingt-trois ans. Jusqu’à quand cette situation est-elle tenable ? (P.C.)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year Volume Two, ed. Jonathan Strahan, mars 2008

* Grand Prix de l'Imaginaire 2015 : présélection (nouvelle étrangère)

2007 Unpossible (nouvelle, fantasy), F & SF, octobre 2007

Traduction : Non-possible, traduit par Claire Kreutzberger, Fiction tome – 7, mars 2008

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

a fantasy about a man whose wife and son have committed suicide. He is trying to rediscover something he lost during childhood, and so he resurrects a bike that had special attachments with such markings as ‘unpossible’.” (Rich Horton, Locus, octobre 2007)

Repris dans le recueil Unpossible and Other Stories, novembre 2011

Repris dans l'anthologie Fantasy: The Best of the Year, 2008 Edition, ed. Rich Horton

Repris dans l'anthologie Year’s Best Fantasy 8, ed. David G. Hatwell & Kathryn Cramer, juin 2008

Repris en podcast dans PodCastle #231, octobre 2012

2008 Petit Mal #1: Glass (SF), Technology Review, novembre-décembre 2008

[The story] explores a technique to increase the function of mirror neurons as a way of controlling aggressive behavior.” (Gary K. Wolfe, Locus, novembre 2011)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

Repris dans l'anthologie Year's Best SF 14 (sous le titre Glass), ed David G. Hartwell & Kathryn Cramer, juin 2009

Repris dans l'anthologie The Year's Best Science Fiction & Fantasy 2009 Edition (sous le titre Glass), ed. Rich Horton, janvier 2010

2008 The Illustrated Biography of Lord Grimm (novelette, SF/fantasy), anthologie Eclipse Two: New Science Fiction & Fantasy, ed. Jonathan Strahan, octobre 2008

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

a strange, slipstreamish mixture of comic book superhero stuff and political suffering and endurance set in a rather Eastern European-like country, something like what you might get if you took Doctor Doom's home country of Latveria seriously as a real country in the real world and got Solzhenitsyn to script the comic, but the images here are so riveting, and the mixture of the two discordant elements so striking and sometimes surprising, that I find that I can't get it out of my mind; this is one of a couple of stories this year” (Gardner Dozois, Locus, décembre 2008)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Science Fiction: Twenty-Sixth Annual Collection, ed. Gardner Dozois, juillet 2009

Repris dans l'anthologie Year’s Best Fantasy 9, ed. David G. Hartwell & Kathryn Cramer, août 2009

Repris dans l'anthologie Superheroes, ed. Rich Horton, février 2013

Repris dans Clarkesworld #82, juillet 2013 (accompagné du pod cast)

Repris dans l'anthologie The Very Best of the Best: 35 Years of The Year's Best Science Fiction, ed. Gardner Dozois, février 2019

2010 What We Take When We Take What We Need (novelette), Subterranean Online, printemps 2010

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans le recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

2011 Petit Mal #2: Digital (SF), recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

[The story] rather waggishly tell sof a man who finds his consciousness relocated to his left index finger.” (Gary K. Wolfe, Locus, novembre 2011)

2011 Petit Mal #3: Persistence (SF), recueil Unpossible & Other Stories, novembre 2011

[The story] describes a patient whose tumor causes his vision to permanently freeze on a particular moment.” (Gary K. Wolfe, Locus, novembre 2011)

2012 Begone (novelette, fantasy), anthologie Rip-Off!, ed. Gardner Dozois, décembre 2012

"[...] the narrator is a once-successful businessman who’s been cast out of his family, home, and career. The story unfolds in a series of flashbacks interspersed with present time, gradually revealing that once he no longer fit his wife’s agenda of creating the perfect suburban life, she banished him using witchcraft. Like the typical tunnel-visioned jealous husband, instead of changing the things about himself that his wife doesn’t like, he plans to take back his old life by murdering his replacement. That works about as well as could be expected. [...]" (Colleen Chen, Tangent Online, octobre 2015)

Repris dans Asimov's, octobre-novembre 2015

Repris dans l'anthologie Mash Up, ed. Gardner Dozois, juin 2016

2013 Just Another Future Song (nouvelle), anthologie Glitter & Mayhem, ed. John Klima, Lynne M. Thomas & Michael Damian Thomas, août 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

L'avis de Gromovar

Repris dans Uncanny #9, mars-avril 2013

2015 Digital (SF), anthologie Thirteen: Stories of Transformation, ed. Mark Teppo, mars 2015

"Franklin wakes one day to discover his consciousness is not in his head anymore [...] Ever since his stroke and subsequent tumble down the stairs, Franklin has been processing the world through his left index finger. As strange as it is intellectually, to Franklin, it feels like the most natural thing in the world. His wife Judith is less than impressed, however, and can’t understand Franklin’s new point of view. It takes a kind physiotherapist named Olivia to allow Franklin to be open and honest about his new life. Surprisingly, Olivia not only believes him, but accepts him as well. Soon, everything in Franklin’s world is hand centric, and though science can’t account for his shift, his consciousness isn’t finished with its travels yet. [...]" (Nicky Magas, Tangent Online, avril 2015)

2016 Even the Crumbs Were Delicious (nouvelle, fantasy), anthologie The Starlit Wood: New Fairy Tales, ed. Dominik Parisien & Navah Wolfe, octobre 2016

The original fairy tale’s protagonists are party crashers sampling designer drugs laid out for a memorial service, but they are background elements to the real main character’s emotional journey.” (Paula Gura, Locus, mars 2017)

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year : Volume 11, ed. Jonathan Strahan, avril 2017

* Prix Locus 2017 : 18e place (meilleure nouvelle)

2018 Nine Last Days on Planet Earth (novelette, SF), Tor.com, septembre 2018

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

En 1975, LT a dix ans et vit avec son père et sa mère au Tennessee. C'est là qu'il assiste à une tempête de météores qui ravage la totalité de la planète pendant près d'une semaine et disperse des millions de semences extraterrestres. Celles-ci se logent dans diverses niches écologiques et bouleversent la vie sur Terre.

LT passe l’été 1976 à Chicago, dans l’appartement de sa mère qui a quitté son père. Elle s’est débrouillée pour récupérer un homme-fougère. Il mesure quatre pouces, son torse est un tube segmenté semblable à un bambou, et ses deux tiges en forme de bras se terminent par de minuscules feuilles rondes. Il se déplace avec une telle lenteur que LT le surnomme Slow Mo.

Des vignettes successives montrent LT en 1978, 1981, 1986, 1994, 2007, 2028 et 2062. Il grandit puis vieillit en s'accommodant de sa mère accompagnée de sa succession de petits-amis ou de maris et de son père pétri de convictions religieuses, tandis qu'il découvre et assume son homosexualité. Pendant ce temps, la Terre voit s'affronter plantes natives et espèces invasives, et Slow Mo continue de pousser. (P.C.)

L'avis de FeydRautha (consulté en février 2020)

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction and Fantasy of the Year: Volume Thirteen, ed. Jonathan Strahan, avril 2019

Repris dans l'anthologie The Best American Science Fiction and Fantasy 2019, ed. Carmen Maria Machado, octobre 2019

* Prix Locus 2019 : 2e place (meilleure novelette)

* Prix Theodore Sturgeon 2019 : 3e place (meilleure science-fiction courte)

* Prix Hugo 2019 : 4e (meilleure novelette)

2020 Brother Rifle (SF), anthologie Made to Order: Robots and Revolution, ed. Jonathan Strahan, mars 2020

Il y a deux ans, une balle a pénétré le lobe occipital droit du caporal Rashad Williams, le privant de toute émotion. Après être passé de labo en labo, il a fini dans celui du Dr Subramaniam qui lui a posé un implant de stimulation cérébrale profonde. Le but est de guérir Rashad de son incapacité, à la suite de sa blessure, à prendre une quelconque décision, ne serait-ce que choisir une carte parmi celles qu’on lui présente, parce que tout lui semble équivalent.

Pourtant, la prise de décision était la tâche essentielle de Rashad. Il était opérateur système dans une unité de 15 marines, responsable des drones et de l’unité SHEP, un robot tout-terrain, faisant pivoter un M2 de calibre 50. Les capteurs transmettaient des données à une IA qui à son tour transmettait des informations à l'écran placé sur le bras de Rashad. Les cibles ressemblaient à des méchants dans un jeu vidéo et le SHEP ne pouvait tirer que quand Rashad l’avait décidé. Tout s’est gâté dans le Jammu-et-Cachemire, le seul État indien à majorité musulmane où le Pakistan et l’Inde avait décidé de s’affronter, avec les Marines coincés au milieu.

Le traitement va placer Rashad devant un douloureux dilemme : continuer à vivre sans rien ressentir ou retrouver des émotions, au premier rang desquelles la douleur et le sens de la culpabilité. (P.C.)

L'avis de FeydRautha (consulté en mars 2020)

SÉLECTION D'ESSAIS

2010 I Am Horselover Fat, Do Androids Dream of Electric Sheep? #16, septembre 2010

2015 Introduction (Philip K. Dick Is Dead, Alas), introduction au roman de Michael Bishop, novembre 2015

LIENS INTERNET

Site web personnel :

https://darylgregory.com/ (consulté en septembre 2019)

Encyclopedia of Science Fiction :

https://www.sf-encyclopedia.com/entry/gregory_daryl (consulté en septembre 2019)

Internet Speculative Fiction Data Base :

http://www.isfdb.org/cgi-bin/ea.cgi?12121 (consulté en septembre 2019)

Wikipedia :

https://en.wikipedia.org/wiki/Daryl_Gregory (consulté en septembre 2019)

NooSFere :

https://www.noosfere.org/livres/auteur.asp?numauteur=2147185301 (consulté en septembre 2019)

Quarante-Deux :

https://www.quarante-deux.org/exliibris/oeuvres/g/Daryl_Gregory/ (consulté en septembre 2019)