Sam J. Miller

BIOGRAPHIE

Sam J. (pour Joshua) Miller est né le 7 février 1979 à Hudson, New Jersey, États-Unis.

Issu d’une famille de bouchers, il est destiné à pratiquer ce métier, pour lequel il suit une formation. Malheureusement (?), la boutique familiale doit fermer, victime de l’expansion de la chaîne Wal-Mart. Depuis, Sam est végétarien.

Il fréquente l’Université Rutgers où il poursuit des études de cinéma ainsi que de langue et de littérature russes. C’est là qu’il rencontre celui qui partage sa vie, Juancy. Ils vivent maintenant à New York City, États-Unis.

Parmi ses nombreuses activités temporaires, on compte : critique de film, remplisseur de sacs dans une épicerie (!), secrétaire, assistant et modèle pour un peintre, guitariste dans un groupe punk.

Après avoir publié des textes dans des fanzines et en ligne au début des années 2000, il suit les cours de l’atelier Clarion Science Fiction and Fantasy Writers en 2012, avec comme professeurs Holly Black, Cassandra Clare et Ted Chiang. Il fait partie du groupe d’écrivains de SF Altered Fluid (aux côtés, entre autres, d’Alaya Dawn Johnson, Matthew Kressel, Mercurio D. Rivera).

En dehors de ses activités d’écrivain, il joue un rôle de premier plan dans l’organisation Picture the Homeless et est ainsi à l’initiative d’un nombre incalculable de manifestations. Il est également membre du Community Funding Commitee of the North Star Fund.

Sa première nouvelle de genre publiée est Haunting Your House en 2008, tandis que son premier roman, The Art of Starving, destiné à un public jeune, paraît en 2017 et remporte le prix Andre Norton.

Sources principales : site personnel de Sam J. Miller (consulté en septembre 2019), Locus, juillet 2017 (consulté en septembre 2019), Bifrost 94, avril 2019

ROMANS

2017 The Art of Starving (SF, jeunesse), HarperTeen, juillet 2017

"More Happy Than Not meets Glory O’Brien’s History of the Future in this gritty, contemporary YA debut about a bullied gay teen boy with an eating disorder who believes he’s developed super powers via starvation.

Matt hasn’t eaten in days.

His stomach stabs and twists inside, pleading for a meal. But Matt won’t give in. The hunger clears his mind, keeps him sharp—and he needs to be as sharp as possible if he’s going to find out just how Tariq and his band of high school bullies drove his sister, Maya, away.

Matt’s hardworking mom keeps the kitchen crammed with food, but Matt can resist the siren call of casseroles and cookies because he has discovered something: the less he eats the more he seems to have . . . powers. The ability to see things he shouldn’t be able to see. The knack of tuning in to thoughts right out of people’s heads. Maybe even the authority to bend time and space.

So what is lunch, really, compared to the secrets of the universe?

Matt decides to infiltrate Tariq’s life, then use his powers to uncover what happened to Maya. All he needs to do is keep the hunger and longing at bay. No problem. But Matt doesn’t realize there are many kinds of hunger… and he isn’t in control of all of them.

A darkly funny, moving story of body image, addiction, friendship, and love, Sam J. Miller’s debut novel will resonate with any reader who’s ever craved the power that comes with self-acceptance." (Présentation sur Goodreads)

Dans une interview par Gilles Dumay lors de la sortie de La Cité de l'orque, Sam J. Miller confiait : " The art of starving est très autobiographique, enraciné dans mon adolescence, alors que je luttais contre un trouble de l’alimentation. Comme Matt, le protagoniste de mon roman, j’étais un garçon homosexuel vivant dans une petite ville, martyrisé par ses camarades et souffrant donc en plus de ce problème de santé. Malheureusement, je n’ai pas gagné de superpouvoirs grâce à lui, mais il m’a aidé à comprendre comment l’intériorisation de ma rage et mon absence d’amour-propre me détruisaient, et qu’au final il n’y a pas de plus grande source de pouvoir que l’estime de soi." ( Lien Internet)

* Prix James Tiptree Jr 2017 : mention honorable (gender-bending science-fiction)

* Prix Andre Norton 2018 : victoire

* Prix Locus 2018 : 9e place (meilleur premier roman)

* Prix Lodestar 2018 : 5e place (meilleur livre jeunes adultes)

R.02 Blackfish City (SF), HarperCollins/Ecco, avril 2018

Traduction : La Cité de l’Orque, traduit par Anne-Sylvie Homassel, Albin Michel, coll. Imaginaire, février 2019

La montée des eaux a refaçonné le monde. Les Guerres systémiques ont puissamment contribué à la destruction du vieux monde avec leurs logiciels malveillants. Le dernier gouvernement américain vient d’être dissous, Lisbonne et Copenhague ont été envahies par les eaux et la patrie des Chinois Han est tombée aux mains des Tibétains.

Qaanaaq, située à l’est du Groenland et au nord de l’Islande, est une ville flottante qui tient lieu de foyer à près d’un million de personnes, dont de nombreux travailleurs migrants qui vivent dans des conditions lamentables. Elle n’a ni gouvernement, ni maire, elle est gouvernée par une centaine de programmes informatiques, mais enrichit les mystérieux actionnaires qui profitent, en particulier, de la crise du logement. On y compte de plus en plus de malades des failles, une maladie contagieuse et mortelle.

Ankit travaille pour une femme politique élue et s’inquiète pour sa mère, patiente à l’asile psychiatrique du Placard. Kaev est un lutteur sur poutre au bout du rouleau qui sert aussi d’homme de main à une cheffe de gang qui fut autrefois sa maîtresse. Quant à Soq, qui se veulent au-delà de la distinction des genres, ils gagnent péniblement leur vie comme messager pour des individus douteux. La vie de ces individus va être bouleversée le jour où une femme va arriver à Qaanaaq dans une embarcation tirée par une orque et accompagnée d’un ours polaire. Elle porte une armure de combat faite de plastique de récupération et tient une lance sculptée dans une défense de morse. On dit qu’elle est la dernière des nanoliés, ces gens qui, grâce à de minuscules machines circulant dans leur système sanguin, opèrent une fusion psychologique avec des animaux.(P.C.)

La cité de Qaanaaq où se déroule le roman est déjà apparue dans le nouvelle Calved (2015)

L'avis de FeydRautha

L'avis de Gromovar

* Prix BSFA 2018 : présélection (meilleur roman)

* Prix Locus 2019 : 5e place (meilleur roman de science-fiction)

* Prix Nebula 2019 : nomination (roman)

* Prix Neukom 2019 : finaliste (catégorie ouverte)

* Prix John W. Campbell Memorial 2019 : victoire (meilleur roman de science-fiction)

R.03 Destroy All Monsters (fantasy, jeunesse), HarperTeen, juillet 2019

"Solomon and Ash both experienced a traumatic event when they were twelve.

Ash lost all memory of that event when she fell from Solomon’s treehouse. Since then, Solomon has retreated further and further into a world he seems to have created in his own mind. One that insulates him from reality, but crawls with foes and monsters . . . in both animal and human form.

As Solomon slips further into the place he calls Darkside, Ash realizes her only chance to free her best friend from his pain is to recall exactly what happened that day in his backyard and face the truth—together.

Fearless and profound, Sam J. Miller’s follow up to his award-winning debut novel, The Art of Starving, spins an intimate and impactful tale that will linger with readers." (Présentation sur Goodreads)

* Prix Locus 2020 : 8e place (meilleur roman jeune adulte)

R.04 The Blade Between (fantasy), HarperCollins/Ecco, décembre 2020

"Ronan Szepessy promised himself he’d never return to Hudson. The sleepy upstate town was no place for a restless gay photographer. But his father is ill and New York City’s distractions have become too much for him. He hopes that a quick visit will help him recharge.

Ronan reconnects with two friends from high school: Dom, his first love, and Dom’s wife, Attalah. The three former misfits mourn what their town has become—overrun by gentrifiers and corporate interests. With friends and neighbors getting evicted en masse and a mayoral election coming up, Ronan and Attalah craft a plan to rattle the newcomers and expose their true motives. But in doing so, they unleash something far more mysterious and uncontainable.

Hudson has a rich, proud history and, it turns out, the real estate developers aren’t the only forces threatening its well-being: the spirits undergirding this once-thriving industrial town are enraged. Ronan’s hijinks have overlapped with a bubbling up of hate and violence among friends and neighbors, and everything is spiraling out of control. Ronan must summon the very best of himself to shed his own demons and save the city he once loathed." (Présentation sur Goodreads)

L'avis de FeydRautha (consulté en décembre 2020)

L'avis de Gromovar (consulté en décembre 2020)

CHAPBOOKS

2021 Let All the Children Boogie (nouvelle, SF), Tor.com, janvier 2021

Lien Internet (consulté en janvier 2021)

Parution simultanée sur Tor.com.

En 1991, à Hudson, Laurie écoute l’émission The Graveyard Shift à la radio. Quand elle entend The Passenger par Iggy Pop, elle est bouleversée et sa vie est transformée. Des parasites suivent la chanson, et une voix métallique demande, avant de disparaître : "Êtes-vous là ?"

Le lendemain, au magasin de l’Armée du Salut, quelqu’un chante The Passenger. C’est ainsi que Laurie fait la connaissance de Fell. Garçon ? Fille ? Laurie ne peut trancher mais quand Fell lui propose de l’accompagner à Woodstock, elle accepte et ils·elles se fixent un rendez-vous. Puis la discussion s’engage sur la voix mystérieuse qui a suivi la chanson.

Le soir même, Ms Jackson, la présentatrice de The Graveyard Shift passe Life on Mars par David Bowie, à la demande de son fan numéro un, Fell. Laurie adore le morceau, même s’il est interrompu par la même voix métallique qui évoque, au milieu de parasites, un avion qui s’écrase, un séjour de courte durée et une mission aux objectifs peu clairs.

Quelques jours plus tard, les deux adolescents de seize ansfont une virée à Woodstock où Fell achète une cassette d’Iggy Pop. Fell aime les machines et se passionne pour les ordinateurs. En entendant à la radio l’annonce d’un accident d’avion, ils·elles repensent au message entendu à la radio. Pour Fell, la voix appartient à quelqu’un qui vient du futur.

Fell est décidé·e à trouver à qui appartient la voix et Laurie est prête à l'accompagner jusqu'au bout du monde. (P.C.)

SÉLECTION DE RÉCITS

2008 Haunting Your House (fantasy), Fiction International #41, automne 2008

A gentrification ghost story. “ (Sam J. Miller, blog)

Repris dans l’anthologie The Red Volume: An Anthology of Stories by the Awkward Robots, ed. uncredited, septembre 2014

Repris dans l’anthologie Best Gay Stories 2009

Repris dans l’anthologie Cool Thing: Best New Gay Fiction from Young American Writers, ed; Blair Mastbaum & Will Fabro

2010 Black Babe (), Slice Magazine #7, automne 2010

Noir-style short story set in 1948, about a sex worker who has evidence that Babe Ruth was Black, and the conspiracy of gangsters out to silence her before she can spread the word….” (Sam J. Miller, blog)

2013 The Country of Dead Voices (), Icarus, printemps 2013

Repris dans l’anthologie Best Gay Stories, ed. Steve Berman

2013 The Beasts We Want to Be (), Electric Velocipede #27, hiver 2013

Russie, hiver 1924. Nikolai, dix-neuf ans, est un Brisé, un de ceux qui ont été reconditionnés à l’aide des boîtes de Pavlov. Sous la direction d’un autre Brisé, Apolek, âgé de dix-sept ans, à qui il voue une admiration sans bornes, il fait partie d’une équipe d’évaluation bolchevique. Ils recherchent des œuvres d’art qui pourront être revendues à des capitalistes pour financer l’État socialiste. Au manoir Spasskaya, Apolek tombe en arrêt devant une peinture, tandis qu’une femme vêtue de noir les observe discrètement. (P.C.)

Repris dans Lightspeed, #113, octobre 2019

* Prix Locus 2014 : 25e place (meilleure nouvelle)

2013 57 Reasons for the Slate Quarry Suicides (nouvelle, fantasy), parution simultanée dans Nightmare Magazine et Lightspeed, tous deux de décembre 2013

Traduction : 57 raisons qui expliquent les suicides de la carrière d'ardoise, traduit par Laurent Queyssi, Bifrost n° 103, juillet 2021

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

L'énumération des faits ayant mené à la tragédie annoncée par le titre constitue en même temps l'histoire d'un harcèlement et d'une vengeance. Timide et homosexuel, Jared essaie de se faire accepter par ses coéquipiers de natation dont il admire tant les corps. Lorsque le harcèlement qu'ils lui infligent culmine une nuit de décembre, l'adolescent décide, encouragé par sa seule amie, de se venger. Il dispose d'une arme dont ses tourmenteurs ignorent l'existence mais il ne se rend pas compte qu'il aura un prix terrible à payer (P.C.)

Repris dans l'anthologie Year’s Best YA Speculative Fiction 2013, ed. Jullia Rios & Alisa Krasnostein, décembre 2014

* Prix Shirley Jackson 2014 : victoire (meilleure nouvelle)

2013 Sabi, Wabi, Aware, Yugen (SF), Daily Science Fiction, décembre 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 Allosaurus Burgers (), Shimmer #20, juillet 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 We Are the Cloud (novelette), Lightspeed, septembre 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Angel Quinones, surnommé Sauro, fait la connaissance de Case le jour où un voyou lui cogne la tête contre une porte. Aussitôt, il éprouve un vif désir. Il a presque dix-huit ans, est bâti comme un colosse et vit dans un douzième foyer collectif. Le lendemain, Case se représente à sa porte, il a dix-sept ans, il est gay et habitué à se faire tabasser. Tous deux, comme beaucoup d’autres, ont une broche d’accès à leur cerveau qui les connecte au réseau, en échange d’une maigre rétribution. Case explique à Sauro qu’il a un plan. (P.C.)

Repris dans l’anthologie The Best american Science Fiction & Fantasy 2015, ed. Joe Hill, octobre 2015

Repris dans l’anthologie Nebula Awards Showcase 2016, ed. Mercedes Lackey, mai 2016

* Prix Nebula 2015 : nomination (novelette)

* Prix Hugo 2015 Hugo : présélection (meilleure novelette)

* Prix Theodore Sturgeon 2015 : 3e place (meilleure science-fiction courte)

2014 Songs Like Freight Trains (), Interzone #254, septembre-octobre 2014

À propos de chansons qui font voyager dans le temps” (Sam J. Miller, blog)

2014 Kenneth: A User's Manual (), Strange Horizons, 1er décembre 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 Alloy Point (), Beneath Ceaseless Skies #163, décembre 2014

Lien Internet (consult éen juillet 2019)

2015 The Heat of Us: Notes Toward an Oral History (fantasy), Uncanny #2, janvier-février 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l’anthologie The Best American Science Fiction & Fantasy 2016, ed. Karen Joy Fowler, octobre 2016

* Prix World Fantasy 2016 : nomination (meilleure nouvelle)

2015 When Your Child Strays From God (), Clarkesworld #106, juillet 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l’anthologie Clarkesworld: Year Nine, Volume Two, ed. Neil Clarke & Sean Wallace, juillet 2018

* Prix Locus 2016 : 29e place (meilleure nouvelle)

* Prix Nebula 2016 Nebula : nomination (nouvelle)

2015 Ghosts of Home (), Lightspeed, août 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l’anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year: Volume Ten, ed. Jonathan Strahan, mai 2016

2015 Calved (SF, même univers que le roman Blackfish City), Asimov's, septembre 2015

Traduction : Le Vêlage, traduit par Anne-Sylvie Homassel, Albin Michel, collection Imaginaire, offert gratuitement sous forme de livre électronique dans le cadre de la promotion pour le roman La Cité de l’Orque

La montée des eaux due au dérèglement climatique a provoqué la submersion de New York. Comme de nombreux Américains, Dom a émigré au Groenland où il taille des glaciers pour en tirer l’eau potable destinée aux pays devenus désertiques. Il revient chez lui après une longue absence et retrouve son fils, Thede, mais son émotion n’est apparemment pas partagée. Sa ex-femme Lajla le rassure, c’est un comportement habituel chez un ado. Dom se demande si son fils n’a pas honte des origines de son père, arrivé de New York cinq ans avant la Chute. Pour s’attirer ses faveurs, il prétend avoir un cadeau pour lui et lui offre son seul bien, un T-shirt sur lequel est écrit : NEW YORK F*CKING CITY. Enfin, il voit de l’amour dans le regard de son fils. Est-ce enfin un tournant dans leurs rapports ? (P.C.)

L'avis de FeydRautha

Repris dans l’anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year: Volume Ten, ed. Jonathan Strahan, mai 2016

Repris dans l’anthologie The Best Science Fiction of the Year: Volume 1, ed; Neil Clarke, juin 2016

Repris dans l’anthologie The Year’s Best Science Fiction: Thirty-Third Annual Collection, ed. Gardner Dozois, juillet 2016

* Prix Locus 2016 : 37e place (meilleure nouvelle)

* Prix Asimov’s 2016 : 3e place (meilleure nouvelle)

2015 To Die Dancing (), Apex Magazine #78, novembre 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l’anthologie Wilde Stories 2016, ed. Steve Berman, juillet 2016

2016 Angel, Monster, Man (), Nightmare Magazine #40, janvier 2016

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

It’s the height of the AIDS crisis. Medications that will help manage the illness are a decade away. Three friends, gay men overwhelmed with rage and sadness, who’ve inherited suitcases and boxes and garbage bags full of unpublished work from fellow writers killed by the virus, invent Tom Minniq: a ghost writer, a collective pseudonym under which to publish all the orphaned work of brilliant writers whose careers were cut short. And while Tom becomes a literary superstar, he doesn’t stay on the page. And he starts acting out their anger in ways that they couldn’t anticipate, and can’t control. And each of them, in turn, is visited by a very different Tom Minniq.” (Sam J. Miller, blog)

Repris dans l’anthologie Year’s Best Weird Fiction: Volume Four, ed. Helen Marshall & Michael Kelly, octobre 2017

* Prix Shirley Jackson 2017 : nomination (meilleure novelette)

2016 Things with Beards (nouvelle, SF), Clarkesworld #117, juin 2016

Traduction : Les Choses à barbe, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Bifrost 94, avril 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

MacReady est de retour à New York, après un contrat en Antarctique. En dehors des nuits passées avec Childs, le mécanicien, il ne se souvient d’à peu près rien de ses derniers jours à McMurdo. Seulement son départ en hélicoptère, une histoire de chien, son réveil sur un navire d’approvisionnement américain, une pièce dévastée. Plus tard, l’examen des dossiers lui a appris que l’équipe du navire a trouvé le camp brûlé, des corps en plusieurs morceaux à l’exception de deux d’entre eux, congelés. Les deux corps ont été ramenés, identifiés et, sans doute, accidentellement, décongelés. Un des deux était le sien. Il retrouve son ancien amant, Hugh, affaibli par une étrange maladie qui se répand sans New York.. Hugh fait partie d'un groupe en lutte avec les policiers et qui lui demande son aide. MacReady lui sourit, il a toujours été un rebelle. Il n'est simplement pas conscient de son plus gros problème : à certains moments, il cesse d'être MacReady et n'en garde aucun souvenir ensuite. (P.C.)

Sam J. Miller explique dans son blog que sa nouvelle constitue une sorte de suite au film de John Carpenter, La Chose (1982), en y ajoutant des allusions au SIDA, à la libération homosexuelle, aux brutalités policières et au deuil.

Repris dans l’anthologie Year’s Best Science Fiction & Fantasy 2017, ed. Rich Horton,

Repris dans l’anthologie Best Science Fiction & Fantasy of the Year : Volume 11, ed. Jonathan Strahan, avril 2017

Repris dans l’anthologie The Best Science Fiction of the Year : Volume 2, ed. Neil Clarke, avril 2017

Repris dans l'anthologie Clarkesworld Year Ten: Volume Two, ed. Neil Clarke & Sean Wallace, octobre 2019

* Prix Nebula 2017 : nomination (nouvelle)

* Prix Theodore Sturgeon 2017 : 3e place (meilleure science-fiction courte)

* Prix Shirley Jackson 2017 : nomination (nouvelle)

* Prix Locus 2017 : 13e place (meilleure nouvelle)

* Prix Hugo 2017 : présélection (meilleure nouvelle)

2016 Last Gods (SF), anthologie Drowned Worlds, ed. Jonathan Strahan, juillet 2016

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Dans un village isolé, sur une Terre ravagée par la montée des eaux, Arze, l’adolescente mutilée aux bras coupés dans sa prime enfance, voue un culte fervent à ses dieux. Elle accepte néanmoins d’accompagner sur les étendues de glace Kelb, le mécréant pour qui les dieux ne sont que des animaux et pour qui elle éprouve un amour secret et sans espoir. Il veut rencontrer un négociant, mais qu’a-t-il à lui demander et qu’a-t-il à proposer en échange ? (P.C.)

Repris dans l’anthologie The Best Science Fiction of the Year : Volume 2, ed. Neil Clarke, avril 2017

Repris dans Clarkesworld #142, juillet 2018

2017 Bodies Stacked Like Firewood (), Uncanny #14, janvier-février 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

* Prix Locus 2018 : 35e place (meilleure nouvelle)

2017 The Ways Out (nouvelle, SF), Clarkesworld #129, juin 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Des rapports rédigés par un agent de surveillance anonyme décrivent la rencontre d’un garçon de dix-neuf ans et d’une fille de dix ans à qui il vient en aide. Tous deux sont dotés de ces étranges pouvoirs que la société considère comme une menace potentielle. Une étroite amitié se noue entre les deux adolescents en dérive. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Clarkesworld: Year Eleven, Volume Two, ed. Neil Clarke, novembre 2019

2017 The Future of Hunger in the Age of Programmable Matter (SF), Tor.com, octobre 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"[…] told in two sections by Otto, a gay man in near future New York, who lives with his boyfriend Trevor, who rescued him from drug addiction and who keeps him (so to speak) straight. At a party, Otto falls in lust with a friend’s brother, Aarav, as the guests discuss what they are doing with programmable matter. The second part is set not too long later, in a much-changed world – it seems that programmable matter has run amok and destroyed much of the world. Trevor is dead, and Otto is in a refugee camp. There he encounters Aarav again, now blinded, and he contemplates how to deal with him – after their encounter, which it turns out went horribly wrong for Otto, but does that matter now? The story is absolutely convincing in portraying Otto, and his relationship with Trevor and his abortive connection with Aarav – but the SF side, the programmable matter and the disaster it causes, seems thin and unconvincing." (Rich Horton, Locus, décembre 2017)

2017 Making Us Monsters (avec Lara Elena Donnelly), Uncanny #19, novembre 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2018 My Base Pair (nouvelle, SF), Analog, mai-juin 2018

Lien Internet (consulté en août 2020)

"[...] about Thatch, who is trying to reconnect with his long-lost childhood friend, Kenji, who has disappeared. Kenji is a ‘‘hacksperm’’: born with the stolen genes of a celebrity (Tom Cruise) in an environment where vicious prejudice against such children is rife. Thatch has become an investigator into the criminal aspects of disappearing hacksperm kids, perhaps not realizing how his work might actually increase the oppression that the innocent children of stolen genetic material face. He has tracked down an illegal fight between another ‘‘cruise’’ and someone he hopes is Kenji, and tries to finagle information about Kenji’s location from this other man. The story intertwines Thatch’s memories of his childhood times with his friend, and his more recent painful memories of an affair with a journalist investigating the whole issue. [...]" (Rich Horton, Locus, juillet 2018)

Repris dans Lightspeed #123, août 2020

2018 Red Lizard Brigade (SF), Uncanny #23, juillet 2018

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"[...] takes place during an alternate Cold War era. The Soviets secretly discovered gates that can take them to different times and places. They are weaponizing dinosaurs to use against the West. One soldier is suspected of treason and his lover (the narrator) must confront ideas of love, freedom, and loyalty in this powerful story." (Paula Guran, Locus, octobre 2018)

2018 Conspicuous Plumage (fantasy), Lightspeed #100, septembre 2018

"[...] A teenage girl’s brother has been killed at his college. He could turn himself into a flock of birds when he danced, an incredible skill he performed, and he was also gay. She harnesses the magic of a classmate to go to the place where he was killed and find out exactly what happened. [...]" Karen Burnham, Locus, octobre 2018)

2019 It Was Saturday Night, I Guess That Makes It All Right (nouvelle), anthologie A People's Future of the United States, ed. John Joseph Adams & Victor LaValle, février 2019

2019 Death and Other Gentrifying Neighborhoods (), Terraform, 14 mars 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2019 Shattered Sidewalks of the Human Heart (histoire alternative), Clarkesworld #154, juillet 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"[...] imagines a world where King Kong was real and his fall became iconic and symbolic for many New Yorkers. One such New Yorker, a cabbie, finds that he’s just picked up Ann Darrow and he’s agog at meeting this figure from the headlines, but is also terribly concerned about the news of the German annexation of Poland. This is an intimate character portrait set in a thoughtful alternate history." (Karen Burnham, Locus, septembre 2019)

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Dark Fantasy & Horror: Volume One, ed. Paula Guran, octobre 2020

2019 Shucked (), F & SF, novembre-décembre 2019

"[...] a first-rate horror story. Adney and her boyfriend Teek are on vacation in Italy, and she’s wondering if their relationship is real besides the sex. Then a somewhat creepy older man approaches them with an offer – he’ll pay her for an hour of Teek’s time. Somehow Adney convinces herself to accept the offer – Teek apparently doesn’t mind... but this can’t end well, can it? [...]." (Rich Horton, Locus, novembre 2019)

* Prix Locus 2020 : 21e place (meilleure nouvelle)

2020 The Nation of the Sick (nouvelle, SF), anthologie Entanglements: Tomorrow's Lovers, Families, and Friends, ed. Sheila Williams, septembre 2020

Cybil n'a même pas laissé un corps derrière elle, seulement une lettre qui ravive les souvenirs d'Austin, le narrateur.

Austin a failli manquer leur premier rendez-vous, tellement il était préoccupé par le sort de son frère Colby qui, après l'abandon du foyer familial dix ans plus tôt, partageait son temps entre des combats d’arts martiaux et la consommation de drogues. Cette fois, il avait échappé de peu à une overdose et à la prison en Floride. Malgré tout, Austin ne pouvait s'empêcher de l'aimer et de se porter à son secours.

Cybil est venue vers lui à la suite d'un article de Wired qui le décrivait comme un des développeurs de logiciels qui façonnaient l'avenir. Le concept de programmes de modélisation itératifs de la jeune femme était révolutionnaire. Maintenant, Austin se rappelle quelques uns des innombrables progrès dont il fut à l'origine : allongement de l'espérance de vie grâce à un sang synthétique universel, procédé de dessalement économe en énergie, fongitecture qui permit de loger les milliers de réfugiés climatique. Mais pas question de faire appel à du capital-risque. Cybil voulait une autonomie et un contrôle complets. Parce que cela allait changer le monde, elle ne laisserait pas les gros capitaux agir pour le pire.

Aujourd'hui, Austin devine ce que cachait l’intensité qui brillait dans ses yeux et qu'il trouvait effrayante. (P.C.)

2021 Let All the Children Boogie (nouvelle, SF), Tor.com, janvier 2021

Parution simultanée en chapbook. Voir onglet Chapbooks.

2021 Tyrannosaurus Hex (nouvelle, SF), Uncanny #38, janvier 2021, accompagné du podcast

Lien Internet (consulté en janvier 2021)

Dans un restaurant de Brooklyn, les deux pères de Bruce âgé de sept ans, ont une discussion animée avec des amis sur les appareils technologiques qu’on doit autoriser ou interdire aux enfants. Avec ses implants oculaires, Bruce en les voit que comme des silhouettes grises sur la toile de fond éblouissante de la réalité augmentée. Quand Amanita, la fille de douze ans des amis de ses pères, interroge le garçon sur ce qu’il voit, il lui tend son poignet sur lequel elle pose le sien.

L’enfer se déploie alors autour d’elle. Elle n’a jamais vu un tel niveau de réalité virtuelle. Une ville attaquée par la mer, des allées sombres de tous côtés, des méduses flottant dans l’air, des vautours et des rats qui s’attaquent à une carcasse de vache. Elle demande à Bruce où il a eu ça mais, il se contente de hausser les épaules, sous l’apparence d’un colosse de plus de deux mètres en tenue de super-héros. Amanita trouve la solution dans les métadonnées  : une réalité virtuelle générée par une IA. Mais celle-ci ne peut être que elle résultat d’un vol consécutif à l’exploitation d’une faille de sécurité. Du genre à sérieusement foutre en l’air le cerveau d’un gamin. (P.C.)

2021 Darkness Metastatic (novelette), Nightmare Magazine #100, janvier 2021

Lien Internet (consulté en février 2021)

Caleb et Aaron formaient un couple dans leur vie personnelle aussi bien que professionnelle, tout au moins jusqu’à la disparition de Caleb il y a six mois. Ils faisaient ensemble des reportages pour les actualités de la chaîne VICE même si Caleb, avec son charme dévastateur, a toujours été la vedette.

Aaron est bien décidé à poursuivre l’enquête menée par Caleb sur l’escalade récente et, semble-t-il, irrésistible, d’actes de violence et de haine. Une bande-annonce réalisée par son ex pousse Aaron à rendre visite en prison à un adolescent devenu terroriste sans explication. Il n’en retire qu’un nom : Met-A-Static. Dans une autre vidéo, Caleb parle d’un virus, Met-A-Static, capable d’imiter un humain assez bien pour manipuler les haines et les craintes de simples citoyens.

Qu’est devenu Caleb ? Le colocataire d’Aaron l’a eu au téléphone et le journaliste disparu a glissé un message à Aaron lui-même sous une porte fermée. Surtout, qui se cache derrière Met-A-Static et avec quelles intentions ? (P.C.)

2021 Occupy Vogue Italia (flash fiction, SF), Vogue (édition italienne), janvier 2021

Lien Internet (consulté en février 2021)

Les humains sont d'étrangers créatures, capables du meilleur mais aussi du pire. C'est pourquoi "ils" ont décidé d'occuper Vogue Italia. Après tout, ils forment 99,99 % des espéces vivantes de la Terre alors que les humains n'en représentent que 0,01 %. Il ne s'agit pas d'une inititive hostile. Ils offrent leur créativité et leur sens de le mode : la fourrure du loup, les bandes d'expressionnisme abstrait des zèbres. (P.C.)

Ce très court texte, qualifié de "cover story", est en étroite relation avec le contenu du magazine Vogue Italia qui l'accueille.

2021 A Love That Burns Hot Enough to Last: Deleted Scenes from a Documentary (fantasy), Apex #122, mars 2021

Lien Internet (consulté en mars 2021)

Tout le monde connaît Ti, la légende, l’icône, la diva, la femme qu’on a surnommée le « trésor national ».On a raconté maintes fois l’histoire de la fillette des cités de Chicago qui chantait tous les dimanches à la messe, poussée par sa mère bigote, que ses passages à la télévision ont rendue célébrissime. Tous connaissent aussi la seconde partie de sa vie, le mariage avec son producteur de disques minable, sa vie de recluse pendant plusieurs années et son retour … pour découvrir qu’elle avait perdu sa voix. Et, sans sa voix, il ne lui restait plus qu’à mourir.

Dans des interviews pour un documentaire qui ont été supprimées après tournage, quatre personnes racontent comment Ti a bouleversé leur existence et permettent de mieux comprendre le destin de la chanteuse : Nyssa, sa choriste, Davey, son employé, Brent, un de ses fans et Carolina, une militante des valeurs familiales chrétiennes. (P.C.)

ANTHOLOGIES

2011 Horror after 9/11: World of Fear, Cinema of Terror (anthologie critique, avec Aviva Briefel), University of Texas Press, novembre 2011

“Critical anthology, co-edited by myself and the amazing Aviva Briefel. The first major exploration of the horror film genre through the lens of 9/11 and the subsequent transformation of American and global society.” (Sam J. Miller, blog)

SÉLECTION D'ESSAIS

2004 Sleeping Is a Crime, Clamor Magazine, décembre 2004

“Article about a civil disobedience action where I was arrested for sleeping in Central Park to protest the NYPD’s policies of arresting homeless people for engaging in life-sustaining activity (like sleep!) that is not against the law. Co-written with two homeless members of PTH who helped organize the action.” (Sam J. Miller, blog)

2007 Haunting Our Homes: Nightmares of Gentrification, Alternet, octobre 2007

“Essay about how the modern haunted house film is really about the anxieties caused by gentrification. “Again and again we see fictional families move into spaces from which others have been violently displaced, and the new arrivals suffer for that violence even if they themselves have done nothing wrong.” (Sam J. Miller, blog)

2008 Who Killed Thomas M. Disch ?, Strange Horizons, 22 septembre 2008

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2009 Sex, Death, Facebook, The Rumpus, september 2009

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Creative nonfiction about how sex and social networking sites help us process grief. “Fucking and dying—these two things everyone has in common, that no one wants to talk about.” (Sam J. Miller, blog)

2013 The Luke Letters, Upstreet #8, 2013

2015 Shiva and Octavia, Lightspeed #65, juin 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2016 Guest Editorial: Someone Else’s Apocalypse, Analog, décembre 2016

2017 Resistance 101 : Basics of Community Organizing for SF/F Creators & Consumers, Volume One : Protest Tips and Tricks, Uncanny #15, mars-avril 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2017 Resistance 101 : Basics of Community Organizing for SF/F Creators & Consumers, Volume Two: Deepening Your Engagement, Uncanny #16, mai-juin 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2017 Resistance 101 : Basics of Community Organizing for SF/F Creators & Consumers, Volume Three: >My First Civil Disobedience, Uncanny #17, juillet-août 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2017 Resistance 101 : Basics of Community Organizing for SF/F Creators & Consumers, Volume Four: “Don’t Let Him Catch You With Your Work Undone” - Activism for the Long Haul, Uncanny #18, septembre-octobre 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2018 Why We Still Need AIDS Stories, Orbit Books, 1er décembre 2018, à l'occasion de la journée mondiale de lutte contre le SIDA

Lien Internet

Version française, traduction par Eva Sinanian & Gilles Dumay

LIENS INTERNET

Site personnel :

https://samjmiller.com/ (consulté en juillet 2019)

Encyclopedia of Science Fiction :

https://www.sf-encyclopedia.com/entry/miller_sam_j (consulté en juillet 2019)

Internet Speculative Fiction Data Base :

https://www.isfdb.org/cgi-bin/ea.cgi?156539 (consulté en juillet 2019)

Wikipedia :

https://en.wikipedia.org/wiki/Sam_J._Miller (consulté en juillet 2019)

Quarante-deux :

https://www.quarante-deux.org/exliibris/oeuvres/m/Sam_J._Miller/ (consulté en juillet 2019)

NooSFere :

https://www.noosfere.org/livres/auteur.asp?numauteur=2147201067 (consulté en juillet 2019)