Ken Liu

BIOGRAPHIE

Ken Liu est né en 1976, à Lanzhou, Chine.

Il arrive aux États-Unis à l'âge de 11 ans et vit d’abord à Palo Alto en Californie, puis à Waterford dans le Connecticut. Après avoir obtenu son diplôme à Harvard, il travaille pendant plusieurs années comme ingénieur dans des domaines technologiques, entre autres pour Microsoft et pour une start-up à Cambridge. Il suit ensuite des cours à la Faculté de droit de Harvard ce qui le conduit à une activité de consultant pour des litiges.

Il commence à publier de la science-fiction en 2002 avec Carthaginian Rose. Après avoir reçu de nombreuses récompenses pour ses récits, ce n'est qu'en 2015 qu'il publie son premier roman, La Grâce des rois, premier volume de la Trilogie des Dents-de-lion, à propos duquel on a pu parlé de "silkpunk".

Depuis des années, il est un de ceux qui ont le plus œuvré pour faire connaître la science-fiction chinoise à travers ses traductions, ses articles ou ses anthologies.

Ken Liu vit dans le Massachusetts avec sa femme, Lisa Tang Liu, et leurs deux enfants.

Sources principales : site personnel de Ken Liu (consulté en septembre 2019), Locus, mai 2015 (consulté en septembre 2019)

UNIVERS

- Trilogie des Dents-de-Lion/The Dandelion Dynasty (“silkpunk”/fantasy)

"Le Royaume de Dara est divisé en sept États, mais l’un d’entre eux, Xana, a pris l’ascendant sur les autres par la force et le jeu des alliances politiques. Son roi est devenu l’Empereur et a établi le règne du Céleste Diaphane. Tous désormais doivent chanter ses louanges et œuvrer à sa gloire. Cependant, chez les nobles déchus comme chez le peuple corvéable, épuisé et écrasé d’impôts, la révolte gronde. Mais comment renverser cet empire dont les forces armées s’appuient sur une technologie élaborée et quasi magique ? [...] (4e de couverture de La Grâce des rois)

ROMANS

R.01 The Grace of Kings (série Trilogie des Dents-de-Lion), Saga Press, avril 2015

Traduction : La Grâce des Rois, traduit par Élodie Coello, Fleuve Noire / Fleuve, coll. Outre Fleuve, octobre 2018

"Le Royaume de Dara est divisé en sept États, mais l’un d’entre eux, Xana, a pris l’ascendant sur les autres par la force et le jeu des alliances politiques. Son roi est devenu l’Empereur et a établi le règne du Céleste Diaphane. Tous désormais doivent chanter ses louanges et oeuvrer à sa gloire. Cependant, chez les nobles déchus comme chez le peuple corvéable, épuisé et écrasé d’impôts, la révolte gronde. Mais comment renverser cet empire dont les forces armées s’appuient sur une technologie élaborée et quasi magique ? C’est le défi que tenteront de relever Mata Zyndu, le dernier héritier de son clan, déchu pour avoir osé s’opposer à la Conquête et qui

a juré de rétablir l’honneur de son nom, et Kuni Garu, un voyou charmeur et beau parleur qui s’apprête à embrasser un destin bien supérieur à ses ambitions les plus secrètes. Sauront-ils surmonter les défis qui les attendent pour accomplir leur destin sous la férule des dieux ?" (4e de couverture)

Page Wikipedia (consulté en juillet 2019)

L'avis de FeydRautha

* Prix Locus 2016 : victoire (meilleur premier roman)

* Prix Nebula 2016 : nomination (roman)

* Prix Hugo 2016 : présélection (meilleur roman)

* Prix Bob Morane 2019 : finaliste (roman traduit)

R.02 The Wall of Storms (série Trilogie des Dents-de-Lion), Saga Press, octobre 2016

Traduction (1e partie) : Le Goût de la victoire, traduit par Élodie Coello, Fleuve Noire / Fleuve, coll. Outre Fleuve, octobre 2019

Traduction (2e partie) : Le Mur des tempêtes, Fleuve Noire / Fleuve, coll. Outre Fleuve, annoncé pour janvier 2020

"Dara is united under the Emperor Ragin, once known as Kuni Garu, the bandit king. There has been peace for six years, but the Dandelion Throne rests on bloody foundations - Kuni's betrayal of his friend, Mata Zyndu, the Hegemon. The Hegemon's rule was brutal and unbending - but he died well, creating a legend that haunts the new emperor, no matter what good he strives to do.

Where war once forged unbreakable bonds between Kuni's inner circle, peace now gnaws at their loyalties. Where ancient wisdoms once held sway, a brilliant scholar promises a philosophical revolution. And from the far north, over the horizon, comes a terrible new threat... The scent of blood is in the water." (Présentation sur Goodreads)

* Prix Locus 2017 : 3e place (meilleur roman de fantasyl)

R.03 The Legends of Luke Skywalker (univers Star Wars), Disney Lucasfilm Press, octobre 2017

Traduction : Luke Skywalker : Légendes, traduit par Tristan Nivert, Pocket, collection Star Wars n°161, novembre 2018

"Alors qu'un vaisseau cargo traverse la galaxie en direction de Canto Bight, l'équipage échange des histoires sur le légendaire Chevalier Jedi Luke Skywalker. Mais ces récits autour de cette figure emblématique et mystérieuse de la Rébellion sont-ils vrais, ou simplement de vastes épopées fabuleuses inventées, puis colportées et enrichies d'un bout à l'autre de la galaxie ?

Skywalker est-il vraiment un héros, un Jedi célèbre, ou un charlatan savamment élaboré ?

L'équipage devra décider par lui-même quand il entendra les légendes de Luke Skywalker..." (4e de couverture)

R.04 The Veiled Throne (série Trilogie des Dents-de-Lion ?), Simon & Shuster/Saga Press, annoncé pour septembre 2020

RECUEILS DE NOUVELLES

2015 (France uniquement) La Ménagerie de Papier, recueil composé par Ellen Herzfeld & Dominique Martel, traductions par Pierre-Paul Durastanti, Le Bélial’, collection Quarante-Deux, avril 2015

Contient : Avant-propos ; Renaissance (Reborn) ; Avant et après (Before and After) ; Les Algorithmes de l'amour (Algorithms for Love) ; Nova Verba, Mundus Novus (Nova Verba, Mundus Novus) ; Faits pour être ensemble (The Perfect Match) ; Emily vous répond (Ask Emily) ; Trajectoire (Arc) ; Le Golem au GMS (The MSG Golem) ; La Peste (The Plague) ; L'Erreur d'un seul bit (Single-Bit Error) ; La Ménagerie de papier (The Paper Menagerie) ; Le Livre chez diverses espèces (The Bookmaking Habits of Select Species) ; Le Journal intime (The Journal) ; L'Oracle (The Oracle) ; La Plaideuse (The Litigatrix) ; Le Peuple de Pélé (The People of Pele) ; Mono no aware (Mono no aware) ; La Forme de la pensée (The Shape of Thought) ; Les Vagues (The Waves) ; Bibliographie des oeuvres de Ken Liu (par Alain SPRAUEL)

L'avis de FeydRautha

L'avis de Gromovar

2016 The Paper Menagerie and Other Stories, Saga Press, mars 2016

Contient : Preface ; The Bookmaking Habits of Select Species (2012) ; State Change (2004) ; The Perfect Match (2012) ; Good Hunting (2012) ; The Literomancer (2010) ; Simulacrum (2011) ; The Regular (2014) ; The Paper Menagerie (2011) ; An Advanced Readers' Picture Book of Comparative Cognition ; The Waves (2012) ; Mono no Aware (2012) ; All the Flavors (2012) ; A Brief History of the Trans-Pacific Tunnel (2013) ; The Litigation Master and the Monkey King (2013) ; The Man Who Ended History: A Documentary (2011)

* Prix Goodreads 2016 : 12e place (fantasy)

* Prix Locus 2017 : victoire (meilleur recueil)

* Prix World Fantasy : nomination (meilleur recueil)

2019 (France uniquement) Jardins de poussière, recueil composé par Ellen Herzfeld & Dominique Martel, traductions par Pierre-Paul Durastanti, Le Bélial’, collection Quarante-Deux, novembre 2019

Contient : Introduction ; Le Jardin de poussière (The Dust Garden) ; La Fille cachée (The Hidden Girl) ; Bonne chasse (Good Hunting) ; Rester (Staying Behind) ; Ailleurs, très loin de là, de vastes troupeaux de rennes (Altogether Elsewhere, Vast Herds of Reindeer) ; Souvenirs de ma mère (Memories of My Mother) ; Le Fardeau (You'll Always Have the Burden with You) ; Nul ne possède les cieux (None Owns the Air) ; Long-courrier (The Long Haul) ; Nœuds (Tying Knots) ; Sauver la face (Saving Face) ; Une brève histoire du Tunnel transpacifique (A Brief History of the Trans-Pacific Tunnel) ; Jours fantômes (Ghost Days) ; Ce qu’on attend d’un organisateur de mariage (What Is Expected of a Wedding Host) ; Messages du Berceau : L’ermite – Quarante-huit heures dans la mer du Massachusetts (Dispatches from the Cradle: The Hermit - Forty-Eight Hours in the Sea of Massachusetts) ; Empathie byzantine (Byzantine Empathy) ; Dolly, la poupée jolie (Build-a-Dolly) ; Animaux exotiques (Exotic Pets) ; Vrais visages (Real Faces) ; Moments privilégiés (Quality Time) ; Rapport d’effet à cause (Effect and Cause) ; Imagier de cognition comparative pour lecteur avancé (An Advanced Readers' Picture Book of Comparative Cognition) ; La Dernière semence (The Last Seed) ; Sept anniversaires (Seven Birthdays) ; Printemps cosmique (Cosmic Spring)

L'avis de FeydRautha (consulté en novembre 2019)

2020 The Hidden Girl and Other Stories, Saga Press / Gallery, février 2020

Contient : Preface ; Ghost Days ; Maxwell's Demon ; The Reborn ; Thoughts and Prayers ; Byzantine Empathy ; The Gods Will Not Be Chained ; Staying Behind ; Real Artists ; The Gods Will Not Be Slain ; Altogether Elsewhere, Vast Herds of Reindeer ; The Gods Have Not Died in Vain ; Memories of My Mother ; Dispatches from the Cradle: The Hermit - Forty-Eight Hours in the Sea of Massachusetts ; Grey Rabbit, Crimson Mare, Coal Leopard ; A Chase Beyond the Storms: An excerpt from "The Veiled Throne", Book 3 of the Dandelion Dynasty ; The Hidden Girl ; Seven Birthdays ; The Message ; Cutting

SÉLECTION DE RÉCITS

Voir Alain Sprauel, dans Jardins de poussière

2002 Carthaginian Rose (nouvelle), anthologie Empire of Dreams and Miracles, ed. Orson Scott Card & Keith Olexa, septembre 2002

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2003 Gossamer (novelette), anthologie L. Ron Hubbard Presents Writers of the Future Volume XIX, ed. Algis Budys, septembre 2003

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2004 Algorithms for Love (nouvelle, SF), Strange Horizons, 12 juillet 2004

Traduction : The Algorithms for Love, traduit par Jean-Michel Calvez, Galaxies n° 28/70, 2014

Nouvelle traduction par Pierre-Paul Durastanti : Les Algorithmes de l'Amour, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Le docteur autorise la sortie d’hôpital d’Elena à condition que son mari Brad lui donne régulièrement son Oxetine et ne la laisse jamais seule. Elena a l’impression que Brad la traite avec autant de délicatesse que quand elle était enceinte d’Aimée. Il lui parle et se conduit comme si tout était revenu à la normale. Un algorithme de l’amour. Elle a envie de hurler.

Elena travaillait depuis un an chez Un Jouet Pas Banal quand elle a vraiment fait la connaissance du PDG, Brad. Elle avait conçu sa première poupée, Laura, Laura Lucide™ et accompagnait Brad dans sa tournée de promotion. La poupée a remporté un franc succès. Un peu plus tard, ils se sont mariés et, un jour, Brad a déclaré qui'il voulait un bébé, mais un drame personnelle et la volonté d'approcher de plus en plus prèsla perfection vont conduire Elena à remettre en question les conceptions les plus fondamentales de son existence. (P.C)

Repris dans l'anthologie Year's Best SF 10, ed David G. Hartwell & Kathryn Cramer, juin 2005

Repris dans l'anthologie Robots: The Recent A.I., ed. Rich Horton & Sean Wallace, 2012

Repris dans International Speculative Fiction #4, mai 2013

Repris dans l'anthologie Twenty-First Century Science Fiction, ed David G. Hartwell & Patrick Nielsen Hayden, novembre 2013

Repris en podcast dans Pseudopod #647, mai 2019 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2004 State Change (nouvelle), anthologie Polyphony 4, ed; Deborah Layne & Jay Lake, septembre 2004

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

“in this story, people have physical, external souls. For example, Edna St Vincent Millay's soul is a two-ended candla. The protagonist, Rina, has an ice cube for a soul, and lives her life in fear of it melting. A lovely central idea, nicely executed both in Rina's story and in the snippets of examples of the souls of historical people.” (Rich Horton, Locus, novembre 2004)

Repris en podcast dans PodCastle #148, mars 2011 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans Lightspeed, août 2014

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

2007 Beneath the Language (nouvelle), On the Premises #2, juillet 2007

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2009 Single-Bit Error (novelette, SF), anthologie Thoughtcrime Experiments, ed. Sumana Harihareswara & Leonard Richardson, mai 2009

Traduction : L'Erreur d'un Seul Bit, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Quand Tyler tombe amoureuse de sa voisine Lydia, elle lui raconte ses années de collège et de lycée et lui parle d'un bref séjour à l'hôpital et du moment qui a transformé sa vie : elle venait de recevoir la visitation de l’ange Ambriel. Cet instant la recréa. Un amour divin la remplit ; enfin, elle comprit, l’Enfer, c’est quand Dieu n’est pas présent. Un mois plus tard, chez un glacier, il lui demande de l’épouser et elle accepte. Le problème, c’est qu’il ne croit toujours pas en Dieu.

Sur le chemin du retour, elle s’endort à la place du passager pendant que Tyler enclenche le régulateur de vitesse.Il ne peut que la regarder mourir dans le siège voisin, retenue la tête en bas par la ceinture de sécurité.

À sa sortie de l’hôpital, il entreprend de découvrir tout ce qu’il peut sur les circonstances de l’accident et d’essayer de comprendre ce qui s'est passé alors que même les enquêteurs ont fait chou blanc.

Programmeur de base de données dans une banque, il va trouver une explication qui le conduit à envisager d'une toute autre manière la foi religieuse. (P.C.)

Dans son commentaire dans International Speculative Fiction, Ken Liu précise que ce récit lui a été particulièrement inspiré par la nouvelle de Ted Chiang, L'Enfer, quand Dieu n'est pas présent

Repris dans International Speculative Fiction #2, décembre 2012

Repris dans Fantasy Scroll Magazine, mars 2014

Repris dans l'anthologie Dragons, Droids & Doom: Year One, ed. Iulian Ionescu & Frederick Doot, novembre 2015

2010 The Phoenix (), On the Premises #11, juillet 2010

Lien Internet (ensemble du magazine, consulté en juillet 2019)

2010 The Literomancer (novelette, fantastique), F & SF, septembre 2010

Traduction : Le Littéromancien, traduit par Vincent Foucher, Fiction n° 16, 2013

A Taïwan en 1961, alors que la Guerre Froide n'a pas encore dit son dernier mot, la jeune Lilly a du mal à s'intégrer parmi les autres Américaines : elle est la seule dont le père n'est pas militaire et ne manifeste pas de mépris pour la culture chinoise. Un jour, elle fait la rencontre d'un vieil homme nommé Kan Chen-hua et de Teddy, le garçon qu'il a adopté. Kan, qui a étudié jadis aux États-Unis, se présente comme un littéromancien, c'est-à-dire un magicien des signes. Il montre à Lilly la beauté et la sagesse dissimulée dans les idéogrammes chinois. Une amitié profonde lie progressivement ces trois êtres. Comment va-t-elle réagir quand elle va découvrir que ses amis ont disparu ? (P.C.)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

* Prix Locus 2011 : 16e place (meilleure novelette)

* Grand Prix de l'Imaginaire 2014 : nomination (nouvelle étrangère)

2011 Hark! Listen to the Animals (nouvelle, avec Lisa Tang Liu), anthologie The ePocalypse:emails at the end, ed. Jessy Marie Roberts, 2011

"Husband and wife Lisa Tang Liu & Ken Liu contribute "Hark! Listen to the Animals," an epistolary short story told in the form of emails. Margaret Stokes contacts an old friend, Jennifer "Nifer" Lyle about a strange incident, where a group of bears kidnap her husband Todd. The animals are behaving strangely -- smarter, more intelligent -- and Jennifer goes to find out what's happening and try to find Todd. The story has an animal rights theme, though is not strident about it, and does call into question how humans have treated animals over the centuries. The structure is a good way to reveal the story, and overall it's an interesting read with the type of theme James Tiptree, Jr. often dealt with. (It brings back parallels to Tiptree's "The Last Flight of Dr. Ain".)" (Chuck Rothman, Tangent Online, juillet 2014)

Repris dans Galaxy’s Edge #9, juillet 2014, juillet 2014 (dans une version légèrement différente de l'originale, d'après le magazine)

Repris dans l'anthologie Funny Science Fiction, ed. Alex Shvartsman, août 2015

2011 Saving Face (nouvelle), Crossed Genres Quarterly 1, ed. Jaym Gates & Natania Barron, janvier 2011

Traduction : Sauver la face, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

eMBA Alpha et eMBA Beta sont des des agents intelligents de troisième génération, conçus pour filtrer les facteurs de bruit émotionnel pouvant empêcher les agents humains de parvenir à une résolution équitable de leurs différends. Le client d'Alpha est Bruce Hawthorne, propriétaire d’une ferraillerie locale, celui de Beta est Su Meiyuan, la femme d’un ferrailleur chinois.

Pour Bruce Hawthorne, les Asiates ont tout fichu en l’air et plus personne ne produit rien, dans ce pays. Décidément, il n’aime pas les Chinois. De son côté, Su Meiyuan apprécie l’Amérique mais n’aime pas vivre ici. Le respect n’existe pas, nul ne vous honore, on déteste les Chinois.

Le motif du rejet de leur projet d’accord par les deux parties échappe complètement aux deux IA qui estiment avoir besoin de davantage de données. (P.C.)

2011 Tying Knots (nouvelle), Clarkesworld #52, janvier 2011, accompagné du podcast

Traduction : Nouer des liens, traduit par Jean-Michel Calvez, Galaxies nouvelle série #61/103, octobre 2019

Nouvelle traduction par Pierre-Paul Durastanti sous le titre Noeuds, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Soé-bo, chef du Village céleste, peuplé par les Nan, en Birmanie, reçoit la visite de deux marchands qu’accompagne un étrange individu à la peau blanche, aux yeux bleus et aux cheveux dorés. Un des marchands explique qu’il s’appelle To-mu et qu’il vient d’Amérique. Les marchands viennent au Village céleste à cause de la qualité du riz qu’on y cultive et qu’ils revendent très cher sous l’appellation de riz céleste. Malheureusement, la récolte diminue depuis quelques années pour une raison que Soé-bo ignore.

Ignorant des traditions, To-mu s’intéresse particulièrement à l’homme-médecine et à sa façon de soigner les maladies. Quand Soé-bo lui propose de consulter les vieux manuels de médecine des Nan, il accepte volontiers et est stupéfait en voyant les livres de nœuds. Il veut savoir comment fonctionne l’écriture par nœuds, d’autant que la corde ne reste pas droite parce que les nœuds lui imposent une tension. Elle plie, s’incurve, s’enroule, et il y voit une analogie avec la forme des protéines, les longues chaînes d’acides aminés. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Clarkesworld: Year Five, ed. Sean Wallace & Neil Clarke, décembre 2013

* Prix Locus 2012 : 30e place (meilleure nouvelle)

* Prix Hugo 2012 : présélection (meilleure nouvelle)

2011 The Box That Eats Memories (nouvelle), Daily Science Fiction, août 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Not Just Rockets and Robots: Daily Science Fiction Year One, ed. Michele-Lee Barasso & Jonathan Laden, juin 2012

2011 Simulacrum (nouvelle, SF), Lightspeed, février 2011, accompagné du podcast

Traduction : Simulacre, traduit par Jean-Michel Calvez, Galaxies n° 21/63, 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie Lightspeed: Year One, ed. John Joseph Adams, novembre 2011

Repris dans l'anthologie Sunspot Jungle, Volume Two, ed. Bill Campbell, décembre 2018< /p>

2011 To the Stars (nouvelle), in Nature, 3 février 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2011 The Paper Menagerie (nouvelle, fantasy), F & SF, mars 2011

Traduction : La Ménagerie de Papier, traduit par Sandrine Faure, Fiction n° 16, 2013

Nouvelle traduction par Pierre-Paul Durastanti : La Ménagerie de Papier, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

La mère de Jack possède un don : outre sa parfaite maîtrise de l'art de l'origami, elle est capable d'insuffler la vie à ses créations. Jack, qui vit aux États-Unis, la patrie de son père, à du mal à s'intégrer, malgré sa volonté. A l’adolescence, il en rejette la responsabilité sur sa mère avec qui il finit par rompre tout lien et oublie ses animaux de papier vivants.

Même sur le lit de mort de sa mère, il n'éprouve qu'indifférence.

Pourtant, celui qui était son animal de papier favori va se rappeler à son souvenir et Jack va voir sa vie sous un angle neuf. (P.C.)

L'avis de Gromovar

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris en podcast dans PodCastle #165, juillet 2011 ; lien Internet (consulté en juillet 2019) puis dans PodCastle #516e ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year Volume Six, ed. Jonathan Strahan, mars 2012

Repris en podcast dans Escape Pod #345, mai 2012 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Nebula Awards Showcase 2013, ed. Catherine Asaro, mai 2013

Repris dans l'anthologie The Very Best of Fantasy & Science Fiction: Volume 2, ed. Gordon Van Gelder

Repris dans Bang! #19, octobre 2015

* Prix Hugo 2012 : victoire (meilleure nouvelle)

* Prix Nebula 2012 : victoire (nouvelle)

* Prix World Fantasy 2012 : victoire (nouvelle)

* Prix Locus 2012 : 2e place (meilleure nouvelle)

* Prix Theodore Sturgeon 2012 : 3e place

* Grand Prix de l’Imaginaire 2014 : nomination (nouvelle étrangère)

2011 The Visit (nouvelle), On the Premises #13, mars 2011

Lien Internet (ensemble du magazine, consulté en juillet 2019)

2011 Ad Block (nouvelle), Kasma Magazine, Version 2.25, avril 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2011 Altogether Elsewhere, Vast Herds of Raindeer (nouvelle, SF), F & SF, mai-juin 2011

Traduction : Ailleurs, très loin de là, de vastes troupeaux de rennes, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

La Singularité a eu lieu et, tandis que les dernières générations d’humains incarnés partaient, emportées par la mort ou dans le Centre de données, les grandes villes ont fini par se rendre aux forces vives de la verdure. Tube noir au milieu de la banquise. le Centre de données est la fondation matérielle de tous les mondes de l’univers.

Élève de sixième, Renée Tae-O <étoile> Fayette a pour chambre une bouteille de Klein, plus pratique que celle de son amie Sarah, qui est une « courbe » de la fonction de Weierstrass : partout continue, nulle part différentiable.

En plein travail scolaire, les deux camarades sont interrompues par l’arrivée d’une visiteuse pour Renée, une femme tridimensionnelle. Sa mère, Sophia. Sophia est une Ancienne, d’avant la Singularité. Il y en a quelques centaines de millions à peine dans l’univers entier. Elle a vécu vingt-six ans incarnée avant de s’uploader. Aujourd’hui, elle a une nouvelle dramatique à annoncer à sa fille et une étonnante expérience à lui proposer. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Year’s Best SF 17, ed. David G. Hartwell & Kathryn Cramer, mai 2012

Repris dans Unfit Magazine #2, novembre 2018

2011 The Caretaker (nouvelle), anthologie First Contact: Digital Science Fiction Anthology 1, ed. Jessi Hoffman, juin 2011

Repris en podcast dans Escape Pod #354, juillet 2012 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l’anthologie More Human Than Human : Stories of Androids, Robots, and Manufactured Humanity, ed. Neil Clarke, novembre 2017

2011 Golden Years in the Paleozoic (nouvelle), Andromeda Spaceways Inflight Magazine #52, septembre 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris en podcast dans Toasted Cake #28, juillet 2012 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans The Drabblecast #330, juin 2014

2011 Real Artists (nouvelle), anthologie TRSF: The Best New Science Fiction, ed. Stephen Cass, septembre 2011

Repris en podcast dans Escape Pod #377, janvier 2013 puis dans Escape Pod #686, juin 2019 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Adaptation sous forme de court-métrage : Real Artists (Cameo Wood, 2017) ; lien Internet (consulté en avril 2019)

2011 The Man Who Ended History : A Documentary (novella, SF), anthologie Panverse Three, ed. Dario Ciriello, septembre 2011

Traduction : L’Homme Qui Mit Fin à l’Histoire, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Le Bélial, coll. Une Heure-Lumière, août 2016

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Le texte se présente comme la description des différentes séquences qui composent le documentaire filmé dont il est question dans le titre.

Evan Wei, un historien sino-américain, passionné par l'histoire du Japon, découvre au hasard d'un film les atrocités commises par l'Unité japonaise 731 durant la Seconde Guerre Mondiale, dont il n'avait jusqu'alors aucune connaissance. Il en devient obsédé au point de consacrer tout son temps à leur étude.

C'est alors que sa femme, le professeur Akemi Kirino, physicienne expérimentale nippo-américaine renommée, lui parle des particules subatomiques appelées particules de Bohm-Kirino. Elle a confirmé leur existence et à découvert qu’elles se présentent toujours par paires. L’un des deux composants s’éloigne de la Terre à la vitesse de la lumière sur le photon qui l’a engendré alors que l’autre reste en arrière à osciller dans le voisinage de sa création. Cette découverte permet de se rendre à des époques précises dans le passé.

Evan Wei est enthousiasmé par cette idée. Il est persuadé que le voyage dans le temps sensibilisera les gens. Voir et entendre le passé leur interdira de rester apathique. Reste un inconvénient majeur présenté par les particules de Bohm-Kirino : tout voyage dans le passé est destructeur, on ne peut l’effectuer qu’une seul et unique fois. Les polémiques vont enfler, attisées par les problèmes idéologiques et géopolitiques soulevés par le rappel des atrocités commises par l’Unité 731. (P.C.)

Dans les notes qui accompagnent la novella, Ken Liu signale que l’idée d’écrire un récit sous forme de documentaire m’est venue à la lecture de la nouvelle Aimer ce que l’on voit : un documentaire, de Ted Chiang.

L'avis de FeydRautha

L'avis d'Apophys

L'avis de Gromovar

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie Time Travel: Recent Trips, ed. Paula Guran, septembre 2014

Repris dans Forever #35, décembre 2017

* Prix Hugo 2012 : 4e place (meilleure novella)

* Prix Locus 2012 : 7e place (meilleure novella)

* Prix Nebula 2012 : nomination (novella)

* Prix Theodore Sturgeon 2012 : finaliste

* Grand Prix de l 'Imaginaire 2017 : nomination (nouvelle étrangère)

2011 The Last Seed (nouvelle, Daily Science Fiction, septembre 2011

Traduction : La Dernière semence, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Dès toute petite, Linda se passionne pour les étoiles et les planètes lointaines. À dix ans, son père, qui a travaillé sur la navette spatiale, lui offre un télescope et lui explique comment retrouver son chemin si elle se perdait dans l’espace.

En fac, elle est la seule de sa classe à choisir comme matières principales l’aéronautique et l’astronautique. On considère alors que l’espace n’a aucun avenir et on ne garde en état de marche qu’une station spatiale.

Des années plus tard, quand elle appelle la Terre de sa station spatiale, elle n'obtient pour toute réponse que des parasites. Incrédule, elle a regardé les premiers missiles tomber et la côte, de Boston à Miami, disparaître dans une série de poufs silencieux. Partout sur Terre, la scène se répète. Des milliards de vies réduites en cendres, millionnaires, malades mentaux, migrants, mères. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Rocket Dragons Ignite: Daily Science Fiction Year Two, ed. Michele-Lee Barasso & Jonathan Laden

2011 Life Plus Seventy (nouvelle), Kasma Magazine, Version 2.75, octobre 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2011 Staying Behind (nouvelle, SF), Clarkesworld #61, octobre 2011

Traduction : Ceux qui restent, traduit par Jean-Michel Calvez, Galaxies n°58/100, mars 2019

Nouvelle traduction par Pierre-Paul Durastanti sous le titre Rester, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Adam Éternel, le fondateur d’Éternité SA, a été le premier à s'uploader. Désormais, l'immortalité était à la portée de tous. À l’origine, le procédé coûtait très cher. Puis, à mesure que le prix baissait, des centaines de personnes, des milliers, et enfin des millions se portèrent candidats.

Le narrateur, profondément marqué par le conflit qui sépara son père, favorable à l’upload, et sa mère qui y était opposé, est fermement attaché au mode de vie traditionnel. Maintenant que sa fille est adolescente, il craint de voir resurgir la polémique au sein de sa propre famille. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Clarkesworld: Year Six, ed. Neil Clarke & Sean Wallace, mai 2014

Repris dans l'anthologie The Doomsday Chronicles, ed. Crystal Watanabe

2011 Safe Empathy (nouvelle), Daily Science Fiction, novembre 2011

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Rocket Dragons Ignite: Daily Science Fiction Year Two, ed. Michele-Lee Barasso & Jonathan Laden

Repris dans Recompose #0, novembre 2015

2012 Maxwell's Demon (nouvelle), F & SF, janvier 2012

Traduction : Le Démon de Maxwell, traduit par Luc Kenoufi, Fiction n° 16, 2013

En 1943, aux États-Unis, Takako Yamashiro, une jeune physicienne d'origine japonaise qui a toujours vécu aux États-Unis, se retrouve dans un camp d'internement, suite à la déclaration de guerre avec le Japon. Pour prouver sa loyauté, on lui propose de la renvoyer au Japon jouer le rôle d'espionne. Au Japon, elle est envoyée dans un laboratoire militaire, dirigé par Satoshi Akiba qui lui avoue, un jour, qu'il l'a fait venir à cause du don de yuta qu'elle a hérité de sa mère, c'est-à-dire de sa capacité à évoquer les esprits des morts. Akiba veut utiliser les esprits pour concrétiser une théorie appelée "le Démon de Maxwell" et créer une source d'énergie quasiment inépuisable à partir de la séparation de molécules d'air de vitesses différentes. (P.C.)

Repris en podcast dans PodCastle #290, décembre 2013 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

* Grand Prix de l'Imaginaire 2014 : nomination (nouvelle étrangère)

2012 The Five Elements of the Heart Mind (nouvelle), Lightspeed, janvier 2012, accompagné du podcast

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 The People of Pele (nouvelle, SF), Asimov's, février 2012

Traduction : Le Peuple de Pélé, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Après un voyage sans retour de trente ans, le Columbia a atteint sa destination, une planète baptisée Pélé à cause de ses volcans, en orbite autour du soleil 61 Virginis, à plus de 27 années-lumière de la Terre. Sur la Terre précisément, la situation géopolitique déjà tendue – au point d’avoir relancé la course vers l’espace – se dégrade nettement. Le commandant Sherman reçoit ainsi l’ordre de revendiquer au nom des États-Unis toutes les planètes dans les parages de 61 Virginis . Mais quel crédit accorder à des messages qui nécessitent cinquante-six ans entre le départ d’un ordre et le retour d’une réponse ? Au moment où ils examinent d’étranges cristaux à l’aspect artificiel, quelle importance les conflits d’une planète aussi lointaine peuvent-ils présenter pour ceux qui sont destinés à vivre sur Pélé ? (P.C.)

2012 All the Flavors (novella), Giganotosaurus, 1er février 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

L'avis de Gromovar

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans Lightspeed #103, décembre 2018

* Prix Nebula 2013 : nomination (novella)

* Prix Hugo 2013 : présélection (meilleure novella)

2012 To the Moon (nouvelle), Fireside #1, mars 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris en podcast dans PodCastle #537, août 2018 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 Memories of My Mother (nouvelle), Daily Science Fiction, mars 2012

Traduction : Souvenirs de ma Mère, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Bifrost n°91, juillet 2018 ; repris dans le recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Amy a dix ans. Sa mère vient lui rendre visite. C’est une inconnue qu’elle reconnaît grâce aux photos qui ornent la maison. Elles est astronaute et les docteurs lui ont annoncé qu’elle n’a plus que deux ans à vivre. Elle explique à Amy que le vaisseau allait si vite que le temps a ralenti à l’intérieur si bien que pour elle, il ne s’est passé que trois mois. C’est comme ça qu’elle va tricher, étirer ses deux ans pour pouvoir la regarder grandir. Elle lui offre la guitare dont elle rêve depuis longtemps et la soirée est fabuleuse.

Quand Amy se réveille, sa mère est partie. Elle reviendra quand Amy aura dix-sept, trente-huit puis quatre-vingts ans. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Rocket Dragons Ignite: Daily Science Fiction Year Two, ed. Michele-Lee Barasso & Jonathan Laden, juin 2013

Repris dans l'anthologie Timeshift: Tales of Time, ed. Eric S. Fomley, août 2018

Adaptation sous forme de court-métrage : Beautiful Dreamer (David Gaddie, 2016) ; lien Internet (consulté en avril 2019)

2012 Exotic Pets (), site web Buzzy Mag, mars 2012

Traduction : Animaux exotiques, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Un werk est une chimère composée du matériau génétique de deux zygotes, une créature née de la curiosité de l’homme. Les werks sont des animaux de compagnie très courus. Un werk issu d’un zygote humain et de celui d’un animal différent tombe sous le coup de la loi, mais rendre une activité illégale n’a jamais garanti sa disparition. Les werks sexuels en particulier sont très recherchés et afin de distraire leurs propriétaires plus exigeants, on a conçu des techniques qui permettent d’implanter une mémoire et un caractère.

Le narrateur, Étoile, s’introduit dans une maison et libère une fille ponette que chevauchait un homme qui prend la fuite. La fille s’appelle Ella, basée sur un zèbre, tandis que son sauveur Étoile est issu du croisement avec une grenouille. Ce dernier emmène Ella chez lui, où il vit seul. Pendant ce temps, à la télévision, le sénateur Leo Sterse réclame l’aide des citoyens pour la capture des werks hors-la-loi.

Trouver son donneur est devenu l’obsession d’Étoile, presque aussi importante que le gîte, le couvert, les pilules et la liberté. Sa vie n’aura de sens qu’au jour où il connaîtra celui dont l’esprit habite sa tête. (P.C.)

2012 The Shadowcrafter (), Nine #1, avril 2012

Repris en podcast dans PodCastle #298 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 Monkeys (nouvelle), in Nature, 19 avril 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Nature 2, ed. Henry Gee & Colin Sullivan, septembre 2014

2012 Mono No Aware (nouvelle, SF), anthologie The Future Is Japanese, ed. Nick Mamatas & Masumi Washington, mai 2012

Traduction : Mono No Aware traduit par Jean-Michel Calvez, Galaxie(s) n°25/67, septembre 2013

Nouvelle traduction par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Tandis que l’astéroïde surnommé le Marteau se dirige vers la Terre, tous les citoyens de Kurume sont évacués. À la différence d’autres pays où ont lieu des émeutes et des pillages, tout se passe dans l’ordre. Comme le rappelle le père d’Hiroto à son fils de huit ans, l’individu est petit, impuissant, mais rassemblée, unie, la nation japonaise est invincible. Quatre jours plus tard, le premier ministre annonce que les armateurs ont pris les subventions sans pour autant bâtir des vaisseaux solides et performants. Maigre consolation, le Japon n’était pas la seule nation à avoir trahi son peuple.

Des années plus tard, Hiroto est à bord de l’Espérance qui se dirige vers une étoile appelée 61 Virginis qu’elle atteindra d’ici trois cents ans. C’est lui qui découvre que quelque chose a crevé la voile, distante du module de vie de cent kilomètres. Faute de réparation, la déchirure va s’étendre, la toile s’affaisser et l’Espérance partir à la dérive dans l’espace. Fort des enseignements de son père, Hirito affirme pouvoir atteindre la déchirure en soixante-douze heures. (P.C.)

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year: Volume Seven, ed. Jonathan Strahan, mars 2013

Repris dans Lightspeed, juin 2013

Repris en podcast dans Escape Pod #407 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie The Final Frontier, ed. Neil Clarke, juillet 2018

* Prix Hugo 2013 : victoire (meilleure nouvelle)

* Prix Locus 2013 : 2e place (meilleure nouvelle)

* Prix Theodore Sturgeon 2013 : finaliste

* Grand Prix de l'Imaginaire : présélection (nouvelle étrangère)

2012 The Tome of Tourmaline (nouvelle), Daily Science Fiction, mai 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Rocket Dragons Ignite: Daily Science Fiction Year Two, ed. Michele-Lee Barasso & Jonathan Laden, juin 2013

Repris en podcast dans PodCastle #77, décembre 2013 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 Ask Emily (nouvelle, SF), anthologie The Memory Eater: Stories that Erase the Past to Save the Future, ed. Matthew Hance, juin 2012

Traduction : Emily Vous Répond, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

"Table Rase Souhaitée" raconte son histoire. Elle sort avec un garçon merveilleux qui fréquentait sa meilleure amie avant de rompre. Elle a proposé d’utiliser une technologie récente pour se faire effacer leurs souvenirs de leur relation chez les Mangeurs de Mémoire. Ils ont pété un câble et lui ont répondu qu’elle leur demandait un truc complètement dingue. Elle a des doutes sur la fin de leur aventure et demande à Emily si elle trouve sa demande illogique.

Dans sa réponse, Emily souligne un problème en cas de réalisation de son souhait. Son copain et sa meilleure amie, s’ils ont perdu la mémoire de leur aventure, risquent de retomber amoureux comme ça leur est déjà arrivé. Elle conseille plutôt à Table Rase Souhaitée de faire effacer de sa mémoire ces discussions sur leurs rapports. Elle pourra ainsi les regarder sans éprouver ni doute, ni jalousie.

Toutes deux vont apprendre à leurs dépents qu'ils leur reste beaucoup à apprendre sur la psychologie humaine. (P.C.)

2012 Celestial Bodies (nouvelle), Nature, 28 juin 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 Real Faces (nouvelle), F & SF, juillet-août 2012

Traduction : Vrais visages, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Des « guérilleros activistes » autoproclamés ont infiltré le recrutement sur les campus de plusieurs grandes facultés de droit. Ils ont soumis les CV et les relevés de notes de candidats fictifs aux résultats identiques mais aux origines différentes, puis filmé les entretiens passés par leurs acteurs. Les vidéos uploadées sur le web prétendaient démontrer que les mêmes intervieweurs témoignaient beaucoup plus d’enthousiasme aux candidats de la diversité qu’aux mâles blancs. Après des accusations de « discrimination inversée », les écoles de droit et les cabinets d’avocats échafaudèrent une nouvelle politique du motus et bouche cousue. De surcroît, on filmerait chaque entretien pour s’assurer du respect des règles.

Alice Sheeley reçoit un élève de seconde année de droit dont l'ambiguïté raciale et sexuelle est garantie par IdentiMask. Elle parcourt le CV du candidat, à la recherche d'une accroche intéressante afin d’entamer la discussion. mais les innombrables ratures qui cachent d'éventuels détails révélateurs compliquent la discussion. Finalement, son vis-à-vis enchaîne des platitudes, tandis qu'Alice s’efforce de rester éveillée. À fin de l’entretien, l'élève applique sa paume sur son oreille. Alice contemple alors un grand jeune homme qui mêle les sangs africain et asiatique. Il dit faire partie d'une contre-guérilla du groupe qui a réussi le coup de l'an denier et se lance dans une critique cette politique des masques qui, selon lui, n'a rien d'équitable. (P.C.)

2012 The Silk Merchant (nouvelle), Apex Magazine, juillet 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie The Book of Apex: Volume Four of Apex Magazine, ed. Lynne M. Thomas, octobre 2013

2012 You’ll Always Have the Burden with You (novelette, SF), anthologie In Situ, ed. Carrie Cuinn, juillet 2012

Traduction : Le Fardeau, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Bifrost 85, janvier 2017

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Jane, qui vient d’obtenir son diplôme d’experte-comptable, accepte d’accompagner son ami Freddy sur Lura où il étudiera sous l’égide du professeur Clovis, l’archéologue qui a rassemblé et traduit les écrits qu’il a découverts sous le titre de la Saga de Lura. La civilisation lurienne a disparu il y a un million d’années. Quand Freddy fait une nouvelle découverte, elle suscite chez Jane une théorie qui va remettre en cause la théorie alors dominante. (P.C.)

L'avis de Gromovar

Repris dans Penhelion, décembre 2013

2012 The Bookmaking Habits of Select Species (nouvelle, SF), Lightspeed, août 2012, accompagné du podcast

Traduction : Le Livre Chez Diverses Espèces, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Il n’existe pas de recensement fiable de toutes les espèces intelligentes de l’univers. Cependant, on peut affirmer que tout le monde fait des livres.

Pour appuyer cette thèse, le narrateur énumère plusieurs races extraterrestres et examine leur conception et leur comportement vis-à-vis des livres.

Ainsi, les Alaltiens écrivent en gravant avec leur rostre une surface inscriptible. Ils expriment leurs pensées durant ce processus, si bien que le rostre vibre en traçant son sillon. Pour lire le livre ainsi composé, un Allatien place son nez dans le sillon, qu’il suit. Pour cette raison, chacun de leurs livres capture, outre ses mots, le rythme, la voix, les inflexions, les emphases, les intonations et l’accent de l’écrivain. Lire, pour un Allatien, c’est – littéralement – écouter une voix issue du passé. (P.C.)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie Aliens: Recent Encounters, ed. Alex Dally MacFarlane, juin 2013

Repris dans l'anthologie Nebula Awards showcase 2014, ed. Kij Johnson, mai 2014

* Prix Nebula 2013 : nomination (nouvelle)

* Prix Theodore Sturgeon 2013 : finaliste

* Prix Hugo 2013 : présélection

2012 Arc (novelette, SF), F & SF, septembre-octobre 2012

Traduction : Trajectoire, traduit par Vincent Foucher, Fiction n° 18, 2014

Traduction de Vincent Foucher révisée par Pierre-Paul Durastanti : Trajectoire, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Parfois, des journalistes viennent voir Lena Auzenne, celle qui avait seize ans quand son fils aîné est venu au monde et qui a donné naissance à sa plus jeune fille, cent ans plus tard.

À seize ans, Lena tombe amoureuse de Chad. À l’hôpital où elle accouche, elle se hait parce qu’elle déteste son fils Charlie et que ça fait d’elle un monstre. Son père lui dit qu’il a été trop complaisant avec elle en lui fermant la porte au nez.

Chad l'abandonne et elle rencontre James qui lui apprend que les bébés n’appartiennent à personne et qu’on n’est jamais pris au piège sauf si on se laisse convaincre qu’on n’a pas le choix. Un jour, elle dépose Charlie devant la porte de ses parents. Pendant quatre ans, ils sillonnent le pays avant que James décampe sans prévenir. Elle reste sans manger pendant des jours, tombe malade et, sur le lit de l’hôpital, apprend qu’elle a failli mourir. La leçon de sa vie avec James, c’est que la liberté ne suffit pas, ni l’amour.

Devant un bâtiment, elle voit un homme dans ma pose du Penseur de Rodin, sauf qu’on a retiré toute sa peau pour révéler muscles et vaisseaux sanguins. Voyant le panneau "Nous recruton"s, elle pousse la porte de BodyWorks : La Machine Dévoilée. Toute sa vie, sa longue vie, en sera bouleversée. (P.C.)

2012 The Message (nouvelle), Interzone #242, septembre-octobre 2012

Repris en podcast dans StarShipSofa #276, février 2013 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 Summer Reading (nouvelle), Daily Science Fiction, septembre 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Ex Libris: Stories of Libraries & Lore, ed. Paula Guran, mai 2017

2012 Drilling (nouvelle), Kasma Magazine, octobre 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 Always Here (nouvelle), Orson Scott Card Intergalactic Medicine Show #31, novembre 2012

Lien Internet (consulté en mai 2020)

2012 Good Hunting (nouvelle, fantasy/steampunk), Strange Horizons, 2012 Fund Drive Bonus Issue, novembre 2012

Traduction : Bonne chasse, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Âgé de treize ans, Liang assiste pour la première fois son père dans sa chasse à une hulijing, un démon renard voleur de cœurs. Pendant que son père la tue, il découvre un renardeau qui se transforme en une jeune fille de son âge, Yan.

Lors des années qui suivent, la Chine change,largement sous l’influence des Britanniques qui a imposé des concessions à l’empereur mandchou. Liang revoit Yan qui a de plus en plus de mal à trouver de quoi se nourrir et à se métamorphoser. De leur côté, Liang et son père sont de moins sollicités.

Quand son père fait un choix tragique, Liang part pour Hong Kong travailler sur le funiculaire, avant de se passionner pour les automates fonctionnant à la vapeur. C’est là qu’il retrouve Yan. (P.C.)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris en podcast dans Escape Pod #394 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Dark Fantasy & Horror: 2013, ed. Paula Guran, août 2013

Repris dans l'anthologie Steampunk World, ed. Sarah Hans, mai 2014

Repris dans l'anthologie The Mammoth Book of Steampunk Adventures, ed. Sean Wallace, septembre 2014

Repris dans l'anthologie Beyond the Woods: Fairy Tales Retold, ed. Paula Guran, juillet 2016

Repris dans l'anthologie The Shapeshifter Chronicles, ed. Samuel Peralta, juillet 2016

Repris dans l'anthologie Asian Monsters, ed. Margret Helgadottir, décembre 2016

Adaptation sous forme de court-métrage d'animation : Good Hunting, (épisode de la série Love, Death & Robots, saison 1, 2019)

* Prix Seiun 2016 : victoire (meilleure nouvelle traduite)

2012 The Postman (nouvelle), Orson Scott Card Intergalactic Medicine Show #31, novembre 2012

Lien Internet (consulté en mai 2020)

2012 The Tides (nouvelle), Daily Science Fiction, novembre 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris en podcast dans Toasted Cake #54 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2012 The Perfect Book (nouvelle), Analog, décembre 2012

Repris dans l'anthologie Coffee: 14 Caffeinated Tales of the Fantastic, ed. Alex Shvartsman, décembre 2012

2012 The Waves (novelette, SF), Asimov's, décembre 2012

Traduction : Les Vagues, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Pour les endormir, Maggie raconte à ses enfants, Lydia, six ans, et Bobby, cinq ans, un récit mythologique sur la création de l’humanité.

Sur Terre, beaucoup ont considéré le vaisseau spatial l’Écume comme un outil de propagande, alors qu’on mourait encore de faim et de maladie. Maintenant, les colons se dirigent vers 61 Virginis qu’ils atteindront dans près de quatre cents ans. João, le mari de Maggie lui fait part du premier message reçu de la Terre depuis dix ans. On y a découvert le secret de l’immortalité et même les voyageurs les plus lointains doivent en profiter. Interrogé, João lui confirme que le traitement est possible à bord du vaisseau. Reste un problème. Chaque gramme de matière y est pris en compte, une population stable est une exigence. On peut soit mourir et laisser grandir les enfants, soit vivre éternellement et les garder petits. C'est le début de mutations insoupçonnées pour l'humanité dont les générations successives, comme des vagues, rattraperont et dépasseront les précédentes. (P.C.)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie Year's Best SF 18, ed David G. Hatwell & Kathryn Cramer, décembre 2013

Repris dans l'anthologie Humanity 2.0, ed. Alex Shvartsman, novembre 2016

* Prix Asimov’s 2013 : 3e place (meilleure novelette)

* Prix Nebula 2013 : nomination (novelette)

* Prix Hugo 2013 Hugo : présélection (meilleure novelette)

2012 The Perfect Match (nouvelle, SF), Lightspeed #31, décembre 2012, accompagné du podcast

Traduction : Faits Pour Être Ensemble, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Bifrost n°75, juillet 2014, repris dans le recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Sai est réveillé par Tilly, l’IA qui veille sur lui et qui lui donne en particulier des conseils pour son rendez-vous avec avec la jeune fille qu’elle lui a trouvée. Sai sait bien que Tilly a toujours raison. En sortant de son appartement, il croise sa voisine Jenny, le visage caché par une écharpe, qui lui reproche d’avoir installé une caméra sur le palier. Elle refuse qu’une IA intervienne de quelque manière dans sa vie privée. Elle lui dit que Tilly ne se contente pas de te dire ce qu'il veut, elle lui dit quoi penser puis elle demande à Sai s’il sait encore de quoi il a envie. "Tarée", chuchote Sai ; mais cette simple question va bouleverser son existence.(P.C.)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie Brave New Worlds: Dystopian Stories: Second Edition, ed. John Joseph Adams, décembre 2012

Repris dans Lightspeed, décembre 2012

2012 Love Thy Neighbors (nouvelle), anthologie Unidentified Funny Objects, ed. Alex Shvartsman, décembre 2012

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans Kasma Magazine, juillet 2014

2013 A Brief History of the Trans-Pacific Tunnel (nouvelle, SF), F & SF, janvier-février 2013

Traduction Une Brève Histoire du Tunnel Transpacifique, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Bifrost n°83, juillet 2016 ; repris dans le recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Sur une Terre alternative, pour lutter contre les effets de la crise économique de 1929, l’empereur du Japon a proposé avec succès de construire, sous l’Océan Pacifique, un tunnel qui a été achevé en 1938. En 1961, un Formosan surnommée Charlie, ancien tunnelier, tombe amoureux de Betty, une Américaine qui s’est installée à Ville-Médiane, ville étape sur le parcours du tunnel. Leur rencontre est l’occasion de raviver des souvenirs, dont certains particulièrement douloureux. (P.C.)

L'avis d'Apophys

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans l'anthologie The Year's Best Science Fiction & Fantasy 2014 Edition, ed. Rich Horton, juin 2014

Repris dans l'anthologie Alt. History 101, ed. Samuel Peralta & Nolie Wilson, juillet2015

* Prix Sidewise 2013 : nomination (meilleure nouvelle d’histoire alternative)

* Prix Locus 2014 : 3e place (meilleur enouvelle)

* Prix Hugo 2014 : présélection (meilleure nouvelle)

* Grand Prix de l'Imaginaire 2017 : présélection (nouvelle étrangère)

2013 The mMod (nouvelle), Daily Science Fiction, janvier 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 The Veiled Shanghai (fantasy), anthologie Oz Reimagined: New Tales from the Emerald City and Beyond, ed. John Joseph Adams & Douglas Cohen, février 2013

"Like a good DJ who has taken the lyrics from one song and set them to surprising but enjoyable music of another, this author takes a socio-political event, The May Fourth Movement, and sets it to an Ozian plot. Dorothy is the English name of a Chinese girl who lives on Kansu Road with her Uncle Heng and Aunt En. She gets swept up in student demonstrations and transported from her home in the Veiled Shanghai to another Shanghai that is similar to, but not quite, her home. Following the Ozian plot, most of the people she meets—including the Scarecrow, Tin Woodman, and Lion—are either tied to or touched by the political unrest. The overlay is well done and includes all the salient bits while remaining an entertaining story rather than an educational lecture." (Cyd Athens, Tangent Online, décembre 2013)

2013 Linger (nouvelle), Daily Science Fiction, mars 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 The Clean War (avec Shelly Li), site web Buzzy Mag, mars 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 Build-a-Dolly (nouvelle), Apex Magazine, avril 2013

Traduction : Dolly, la poupée jolie, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Dolly est une poupée de trente centimètres. Son corps est conçu pour les câlins plus que pour le réalisme, avec son squelette en plastique, moteurs et rouages, son rembourrage, sa peau en tissu.

Dolly aime Amy d’amour, mais aujourd’hui, Amy est dans un mauvais jour. Elle appelle sa poupée Stella, du nom d’une camarade de classe, lui crie dessus et la jette à travers la chambre. Quelque chose se casse en Dolly, ses jambes ne lui obéissent plus. Amy finit par la prendre dans ses bras en disant à Stella qu’elles pourraient tellement être amies. Dolly est heureuse malgré ses jambes mortes.

Quelques années plus tard, Amy se trouve trop grande pour jouer à la poupée. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Best of Apex Magazine: Volume 1, ed. Lesley Conner & Jason Sizemore, janvier 2016

2013 The Oracle (nouvelle, SF), Asimov's, avril-mai 2013

Traduction : L'Oracle, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Des scientifiques ont découvert par hasard qu'une vie ressemble à une chaîne de moments distincts dont chacun constitue la réduction à l’unité d’un éventail infini de possibles. Il peut arriver que l’un de ces moments expédie des échos vers un bout ou l’autre de la chaîne. Ces échos, on peut les détecter. La vision révélée par l’Oracle se situe toujours dans le futur et ne dure jamais plus d’une minute. Pour chacun des utilisateurs, elle demeure unique et apparaît une seule fois. Il ne contrôle pas sa venue, et certains n’en obtiennent jamais mais, pour ceux qui la reçoivent, elle se réalise toujours. Les conséquences sont parfois dramatiques, des futurs gagnants à la loterie jusqu'aux pré-criminels.

Depuis deux décennies, Penn Claverly vit dans une demeure qui héberge les délinquants sexuels, repris de justice et pré-criminels, comme lui. Un jour, il reçoit la visite de Monica Weld, une spécialiste en mitigation des peines pour l’association Ne Préjugeons de Rien. Ces gens se consacrent à une tâche que Penn juge impossible : défendre ceux qui sont certains de se voir condamnés. Il demande à Monica pourquoi gaspiller du temps et des efforts. Elle lui répond que même s’il ne convainc pas ce jury-là, son exemple parlera aux suivants. Pour cela, elle veut établir le récit de sa vie, mais elle-même devra raconter son histoire. (P.C.)

* Prix Asimov’s 2014 : 4e place (meilleure nouvelle)

2013 The Shape of Thought (), anthologie The Other Half of the Sky, ed. Athena Andreadis & Kay Holt, avril 2013

Traduction : La Forme de la Pensée, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Quand les colons partis de Pélé arrivent sur Kalath, la mère de Sarah, linguiste, obtient des Kalathanis l'octroi d'une zone de cent kilomètres carrés de front de mer que les colons baptisent la Concession.

Décidée à étudier le langage et la culture des Kalathanis, la mère de Sarah persuade son mari de s'installer dans la localité autour du Palais. Il reste cependant persuadé que l'affrontement est inévitable parce que, selon lui, toutes les espèces supérieures poursuivent le même objectif : dominer les êtres différents, et survivre. Sarah, âgée de huit ans, se lie d’amitié avec Tunloji, un enfant, avant d’apprendre que les Kalathanis sont unisexués. Au fil du temps, elle progresse dans la compréhension de la culture de ces êtres dotés d’une petite tête au bout d’un cou interminable et d’un corps trapu perché sur quatre pattes maigres, au point d’en arriver au stade où elle préfère penser en kalathani qu’en anglais. Pourtant, les dix années qui ont passé depuis l’établissement de la Concession. n’ont fait que rendre les Kalathanis plus incompréhensibles aux pionniers. Des conséquences tragiques menacent.(P.C.)

2013 Effect and Cause (nouvelle), Galaxy’s Edge #2, mai 2013

Traduction : Rapport d'effet à cause, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

On ne sait rien des Azazins, sinon qu’ils effectuent des incursions répétées dans cette zone de l’espace de l’Union. Le navire sentinelle à un seul occupant du narrateur constitue la première ligne de défense.

L’ordinateur lui dit de se préparer à l’impact. T moins un. Un vaisseau se trouve à des kilomètres. T moins dix. La lueur argentée s’éteint à la limite de la visibilité. Le narrateur ressort à reculons du cockpit, s’assoit, prend une tasse, y crache du café brûlant, puis régurgite dans l’assiette le contenu de son estomac.

Ses pensées repartent vers l’avant. On dirait que quelqu’un vient de retirer son doigt de la touche REMBOBINER. L'ordinateur n'a pas d'explication. Un vaisseau azazin, se dit le pilote.

Le narrateur décide de riposter aux tirs et appuie sur le gros bouton rouge. T moins dix. T moins zéro. oréz sniom T. La torpille inverse sa course, vole à reculons. Le narrateur zigzague dans le cockpit, enfonce le bouton. La cambuse. Il crache du café. Quelqu’un ôte son doigt de la touche REMBOBINER.

Ça fait des dizaines de fois. Parfois il leur tire dessus ; parfois ils lui tirent dessus ; toujours on revient au départ, un quart d’heure plus tôt. (P.C.)

Repris en podcast dans StarShipSofa #321, janvier 2014 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie The Best of Galaxy’s Edge 2013-2014, ed. Mike Renick, décembre 2014

2013 Sungrazers (nouvelle), Kasma Magazine, mai 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 The Plague (nouvelle, SF), Nature, 15 mai 2013

Traduction : La Peste, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Autre lien Internet (consulté en juillet 2019)

Occupée à pêcher dans une rivière, Marne voit un homme portant un lourd habit et un bol de verre sur la tête. Elle s'aperçoit qui'l n'a pas de pleau, comprend qu'il vient du Dôme et qu'il est en difficulté. Elle dénoue les tubes qui sont dans son dos et le trouve hideux. De son côté, l'homme que la fillette vient de sauver regarde les gens du village, il est frappé par leur visage lisse, seulement troublé par des fluctuations. L’homme se met en tête de sauver Marne. Est-ce vraiment une si bonne idée ? (P.C.)

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Dark Fantasy & Horror: 2014, ed. Paula Guran, juin 2014

Repris dans l'anthologie The Year's Best SF : 31st Annual Collection, ed Gardner Dozois, juillet 2014

Repris dans l'anthologie Sins and Other Worlds, ed. Eric S. Fomely, octobre 2018

Repris dans l'anthologie Wastelands 3: The New Apocalypse, ed. John Joseph Adams, juin 2019

2013 City of Chrysanthemum (nouvelle), Daily Science Fiction, juin 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie Year’s Best YA Speculative Fiction 2013, ed. Julia Rios & Alisa Krasnostein, décembre 2014

2013 The Litigation Master and the Monkey King (novelette), Lightspeed, août 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

[…] a fine historical piece about a sort of lawyer and his role preserving the stories of victims of the Yangzhou Massacre” (Rich Horton, Locus, octobre 2013)

Repris dans l'anthologie Unconventional Fantasy: A Celebration of Forty Years of the World Fantasy Convention, ed. Divers, novembre 2014

Repris dans l'anthologie Nebula Awards Showcase 2015, ed. Greg Bear, décembre 2015

* Prix Locus 2014 : 7e place (meilleure novelette)

* Prix Nebula 2014 : nomination (novelette)

* Prix Hugo 2014 : présélection (meilleure novelette)

2013 The Litigatrix (novelette, policier), Giganotosaurus, 1er août 2013

Traduction : La Plaideuse, traduit par Pierre-Paul Durastanti, in La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Le jeune Yeon-joo Lee, fils du négociant de soie Hae-wook Lee, demande à voir le plaideur Far. C'est la fille de celui-ci, Sui-Wei Far, âgée de dix-neuf ans, qui lui répond que le maître s’est éteint la semaine dernière. Yeon-joo est accablé, la vie d’une innocente est en jeu.

Son père est mort dans un incendie criminel dont leur servante est injustement accusée. Sur une impulsion, Sui-Wei se déclare plaideuse et prête à l'aider. Elle va mener l'enquête et se montrer digne de son père. (P.C.)

Repris en podcast dans PodCastle #359, avril 2015 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 Nova Verba, Mundus Novum (nouvelle, fantasy), Daily Science Fiction, août 2013

Traduction : Nova Verba, Mundus Novum, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Au bout de cent quatre-vingt-quatre jours, le Sesquipédal atteint le bord du monde. L’océan Atlantéen s’y déverse en superbe cascade et on n’entend que les cris de panique des dauphins qui plongent dans l’abysse.

Le docteur Denham félicite le capitaine Baffin, le monde est donc plat. Mais le capitaine n'entend pas s'en tenir là et ordonne de lancer l'aérostat. Il faut continuer, où que le chemin les conduise. L’aérostat se gonfle d’air chaud et le bateau, suspendu à cette enveloppe, prend son envol pour descendre lentement le long du bord du monde. Au bout du voyage les attendent la confirmation de mythes anciens mais aussi des découverts plus étonnantes encore, aux conséquences inattendues. (P.C.)

2013 The Call of the Pancake Factory (nouvelle), The Drabblecast #293 en podcast, août 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans l'anthologie The Cackle of Cthulhu, ed. Alex Shvarstman, janvier 2018

2013 The Journal (nouvelle, fantasy), Fireside #5, septembre 2013

Traduction : Le Journal Intime, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Le jour de leur douzième anniversaire de mariage, Laura tombe par hasard sur le journal intime de son mari. Lorsque, malgré sa mauvaise conscience, elle le feuillette à toute vitesse, les lignes dansent comme un dessin animé. Il la sort ce soir-là, tous deux sont d’une politesse exquise, comme toujours désormais à force d’habitude. Elle ne lui touche pas mot de ce qu’elle a déniché.

À partir de ce moment, le monde de Laur avacille. Le lendemain matin, elle ramasse le quotidien dans l’allée et jette un regard sur la une. Chaque fois qu’elle essaie de se focaliser sur un mot, il se déforme et devient un gribouillis noir incompréhensible. Elle laisse tomber le quotidien comme s’il lui brûlait les doigts. Les lettres se mettent à sauter de la feuille et il ne reste derrière elles que du papier vierge.

Pourtant, quand elle montre le quotidien à son mari et son fils, ceux-ci n'y voient rien d'anormal. (P.C.)

2013 Ghost Days (novelette), Lightspeed, octobre 2013

Traduction : Jours fantômes, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Nova Pacifica, dont la civilisation extraterrestre a disparu depuis longtemps, se situe trop loin des planètes d’origine pour que celles-ci envoient un vaisseau au secours des colons dont elles ignorent qu’ils ont survécu au trou de ver et qu’ils sont naufragés à l’autre bout de la galaxie. Avec leur peau écailleuse, leurs organes et leurs vaisseaux résistants à la chaleur, leurs poumons à six lobes, les enfants de la colonie incorporaient une biochimie extraterrestre leur permettant de respirer l’atmosphère en-dehors du Dôme et de survivre sur une planète aussi brûlante que toxique. Ils ont été conçus par ordinateur, cultivés en cuve et élevés dans une nursery de verre où on insufflait de l’air extérieur.

Mme Coron envoie les élèves se préparer pour la Fête du Souvenir qui sera célébrée le jour même. Ona, une élève rebelle, a reçu l’objet ancien qu’on lui a assigné : un petit morceau de métal plat, de la taille de sa paume et en forme de bêche miniature. C’est un héritage familial appartenant à Mme Coron. Mais il lui importe plus à Ona de découvrir l’histoire des « extraterrestres » que de connaître le passé des Profs. Néanmoins, elle soupire, se lève et s’avance dans la forêt voisine afin d’aller récupérer la bêche miniature. Elle tend la main vers l’outil, prend une profonde inspiration et perd connaissance.

Elle ignore que la pièce de bronze en forme de bêche a déjà joué un rôle dans des conflits de génération dans le Connecticut en 1989 et à Hong Kong en 1905. (P.C.)

Repris dans l'anthologie How to Live on Other Planets: A Handbook for Aspiring Aliens, ed. Joanne Merriam, février 2015

2013 The MSG Golem (SF/fantasy), anthologie Unidentified Funny Objects 2, ed. Alex Shvartsman, octobre 2013

Traduction : Le Golem au GMS, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Le lendemain du départ de la Terre du vaisseau Princesse des Nébuleuses, Dieu s’adresse à Rebecca. Face à son incompréhension, il explique à celle qui se dit une Chinoise de New York qu'il est Le Dieu. Celui d’Abraham, d’Isaac et de Jacob. Son Dieu. Sa famille descend des juifs de Kaifeng qui se mélangèrent au reste de la population et oublièrent peu à peu leurs traditions.

Il lui dit ensuite qu'il va lui falloir fabriquer un golem pour débarrasser le vaisseau des cent cinquante rats qui, s'ils atteignent la Nouvelle Haïfa, risquent de dévaster les réserves alimentaires et contaminer un virus jusqu'alors inoffensif, mais qui pourrait dès lors mettre en danger les humains. La première chose à faire est de trouver de la boue, ce qui n'est guère aisé à bord d'un vaisseau spatial.

Et quand Rebecca se met en tête de devenir une bonne, et même une excellente, assistante pour Dieu, et consulte le seul ouvrage disponible à la bibliothèque, Le Judaïsme pour les enfants, la situation ne fait que se compliquer pour Dieu. (P.C.)

Repris en podcast dans PodCastle #318 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 Here-and-Now (nouvelle), Kasma Magazine, novembre 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2013 Before and After (nouvelle, SF), Apex Magazine, décembre 2013

Traduction : Avant et Après, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"Pour Jerry il y a eu un avant – où il est préoccupé par les problèmes de santé de son père, par ses relations avec son frère Brian, par son peu d’attrait pour son job, par la faible progression de son portefeuille d’actions, par le financement des futures études de ses enfants Liddy et Jacob, par l’accueil que lui réserve sa femme Beth … et puis, tout a changé." (P.C.)

La nouvelle (flash-fiction?) occupe, dans sa version française, deux pages du recueil, mais se compose d’une phrase unique !

Repris en podcast dans StarShipSofa #321, janvier 2014 ; lien Internet (cnsulté en juillet 2019)

2014 The Clockwork Soldier (novelette), Clarkesworld #88, janvier 2014 , accompagné du podcast

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

The Clockwork Soldier” by Ken Liu transitions from a ship travelling at hyperspeed to a text-based adventure game that the prisoner on the ship has written for his bounty-hunter captor. The first transition feels a bit rough, since it also jumps back in time. But after that first hiccup, the story really pulled me in. I really enjoyed the text adventure sections, and it’s a neat device that I haven’t seen used before." (Jamie Lackey, Tangent Online, janvier 2014)

Repris dans l'anthologie Press Start to Play, ed. Daniel H. Wilson & John Joseph Adams, août 2015

Repris dans l'anthologie Clarkesworld: Year Eight, ed. Neil Clarke & Sean Wallace, février 2016

2014 Second Chance (nouvelle), Nature, 16 janvier 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris en podcast dans Toasted Cake #113, juillet 2014 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 Reborn (novelette, SF), anthologie The Anderson Project, ed. David G. Hartwell, janvier 2014

Traduction : Renaissance, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil La Ménagerie de Papier, avril 2015.

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

L’arrivée des Tawnins sur Terre s’est soldée par des atrocités commises de part et d’autre. Plus de vingt ans ont passé depuis et une partie de l’humanité a accepté la coexistence, au point que certains, comme Joshua Rennon, du Bureau de protection des Tawnins ont épousé uen [voir remarque plus bas] Tawnin tandis que d’autres, surnommés les Xénophobes, entendent continuer la lutte. Hauts de plus de deux mètres et dotés de six bras, les Tawnins sont surtout différents mentalement. Leur cerveau ne cesse jamais sa croissance et leur vie quasi-éternelle aurait pu les anéantir s’ils n’étaient devenus les maîtres de l’oubli. Ils copient ainsi dans le tissu neuf uniquement les souvenirs qu’ils veulent conserver.

Parmi les avancées qu’ils ont apportées avec eux, les Tawnins ont institué la cérémonie de la Renaissance. Jugeant la justice humaine inefficace et barbare, ils retirent des cerveaux les parties coupables : l’intention criminelle. L’ancien coupable perd jusqu’au souvenir de ses crimes.

Passé lui-même par plusieurs Renaissances, Joshua mène, à la suite d’un attentat terroriste, une enquête qui va remettre en cause toutes ses convictions, ou du moins ce qu’il croit être ses convictions. En effet, que deviennent la culpabilité, la vengeance, la justice et finalement l’humanité quand on est privé de mémoire ? (P.C.)

Comme les Tawnins n’ont pas de genre précis, Ken Liu utilise des néologismes en matière de pronoms personnels (« thie » rendu par « iels »par le traducteur Pierre-Paul Durastanti qui transpose l’article « a/an » en « uen »)

L'avis de FeydRautha

L'avis de Gromovar

Repris dans Tor.com, 29 janvier 2014

Repris dans l'anthologie Some of the Besr from Tor.com: 2014 Edition, ed. divers, janvier 2015

Repris dans l'anthologie Worlds Seen in Passing: Ten Years of Tor.com Short Fiction, ed. Irene Gallo, septembre 2018

Repris dans l'anthologie Not One of Us: Stories of Aliens on Earth, ed. Neil Clarke, novembre 2018

2014 None Owns the Air (novelette), Lightspeed, février 2014, accompagné du podcast

Traduction : Nul ne possède les cieux, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

L’ingénieur Kino Ye est engagé par le secrétaire de la Marine en disgrâce pour renforcer la situation militaire de Xana au sein des sept Etats de Dara. Sa petite sœur Lowi, qui croit bien plus que lui en la puissance des divinités, vient lui rendre visite et le convainc de l’accompagner en pèlerinage au mont Kiji.

Là, tous deux admirent les faucons de Mingén. D’une envergure de six mètres, ces rapaces dépassent en taille tous les autres oiseaux de proie des îles de Dara et on les dit sacrés. Kino est intrigué : ces faucons ont un torse plus large que celui d’un être humain, ils paraissent plus lourds, et pourtant ils volent lentement, portés par des ailes selon lui trop petites. Pour résoudre le mystère, il ira jusqu’à commettre un blasphème qui lui permettra de donner à Xana un avantage militaire décisif. (P.C.)

L'avis de FeydRautha

2014 What Is Expected of a Wedding Host (nouvelle), Daily Science Fiction, février 2014

Traduction : Ce qu’on attend d’un organisateur de mariage, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Le texte se présente comme une suite d’explications données par la coordinatrice Rita aux volontaires humains prêts à accueillir un mariage entre Parou. Le premier Parou, de la taille d'une virgule, sera injecté en premier, et le second, de la taille d'un point, ensuite. Le mariage se déroule dans le système sanguin du volontaire pendant son sommeil. (P.C.)

2014 The Plantimal (nouvelle, SF, avec Mike Resnick), Asimov's, mars 2014

"In “The Plantimal” by Mike Resnick and Ken Liu, an elderly couple has relocated to a new planet. The husband has become a hoarder as a way to hold on to memories from happier times and the wife is polite and civil, but not much more. We learn that they lost a baby long ago. For their new home, the couple goes shopping for a plant. Plants here are more animated than most on Earth. They end up selecting one that has chameleon properties. This story interweaves their present with the plantimal and the circumstances of the lost baby in such a way that even though the ending is not a surprise, one can sympathize with the couple and the choice they make." (Cyd Athens, Tangent Online, février 2014)

* Prix Asimov’s 2015 : victoire (meilleure nouvelle)

2014 The Gods Will Not Be Chained (nouvelle), anthologie The End Is Nigh, ed. John Joseph Adams & Hugh Howey, mars 2014

"Maddie’s having a hard time at her new school. The popular girls are giving her trouble for no reason that she can see. It’s been tough for Maddie, having to move and start over because her dad died. She tries to be brave and show that she’s not bothered. One night everything changes when she gets an instant message spoken only in emoji—emoticons. Her dad was a computer programmer and taught her all sorts of stuff. So when she tries to trace the message, it flusters her because it doesn’t have an ID. When her mom tries to figure out who is messaging her daughter, her mom is more than flustered, because the sender couldn’t possibly be the sender. He’s supposed to be dead. [...]

2014 [Le tire est en chinois, suivi du titre en anglais :] Knotting Grass, Holding Ring (), anthologie Long Hidden: Speculative Fiction from the Margins of History, ed. Daniel José Older & Rose Fox, mai 2014

* Prix James Tiptree Jr 2014 : mention honorable (gender-bending SF)

2014 In the Loop (nouvelle, SF), anthologie War Stories: New Military Science Fiction, ed. Jaym Gates & Andrrex Liptak, juillet 2014

Repris dans l'anthologie Warrior Women, ed. Paula Guran, novembre 2015

Repris dans l'anthologie Deserts of Fire: Speculative Fiction and the Modern War, ed. Douglas Lain, juillet 2016

2014 End (Golden Years in the Paleozoic) (), site web Drabblecast #330, juin 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 Seventh Day of the Seventh Moon (novelette), anthologie Kaleidoscope: Diverse YA Science Fiction & Fantasy Stories, ed. Julia Rios & Alisa Krasnostein, août 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"Ken Liu takes on a favorite legend of mine in "The Seventh Day of the Seventh Moon." It is based on the story of Niulang and Zhinu, two Chinese lovers who have been placed in the heavens and can only see each other one day a year. It segues to the story of lovers Yuan and Jing who are on a cusp: Jing is going to college in the US and Yuan is afraid he will forget about her. The story, which appeared earlier this year in the YA anthology Kaleidoscope, cleverly weaves the legend into the modern story, and has much to say about the nature of long-term relationships." (Chuck Rothman, Tangent Online, décembre 2014)

Repris dans Tor.com, 15 décembre 2014

Repris en podcast dans GlitterShip #15, septembre 2015 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 Homo Floresiensis (), anthologie Solaris Rising 3: The New Solaris Book of Science Fiction, ed. Ian Whates, août 2014

2014 The Regular (novella, SF), anthologie Upgraded, ed. Neil Clarke, septembre 2014

Traduction : Le Regard, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Le Bélial, coll. Une Heure-Lumière, juin 2017

Ruth Law, une détective privée, est chargée de trouver le meurtrier d'une call-girl. Elle sait qu'elle pourra compter sur sa physiologie améliorée et surtout sur son Régulateur, un ensemble de puces et de circuits qu'elle commande et qui permet de contrôler les émotions basiques, comme la douleur et la culpabilité qu'elle ressent depuis la mort de sa fille Jessica. (P.C.)

L'avis de FeydRautha

L'avis d'Apophys

L'avis de Gromovar

Repris dans le recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Repris dans Forever #1, février 2015

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Science Fiction: Thirty-Second Annual Collection, ed. Garner Dozois, juillet 2015

Repris dans l'anthologie The Long List Anthology: More Stories from the Hugo Awards Nomination List, ed. David Steffen, novembre 2015

Repris dans l'anthologie The Cyborg Chronicles, ed. Crystal Watana, décembre 2015

* Prix Locus 2015 : 4e place (meilleure novella)

* Prix Nebula 2015 : nomination (novella)

* Prix Theodore Sturgeon 2015 : finaliste

* Prix Hugo 2015 Hugo : présélection (meilleure novella)

2014 Running Shoes (nouvelle, fantastique), SQ Mag, Edition 16, septembre 2014

Traduction : Chaussures de Course, traduit par Grégory Drake, Bifrost n°80, octobre 2015

A quatorze ans, Giang travaille dans un atelier au Vietnam. Elle rêve de porter les baskets qu’elle fabrique et, grâce à elles, de monter jusqu’au ciel mais son contremaître, qui la harcèle en permanence, va déclencher une drame qui bouleversera sa vie. (P.C.)

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Dark Fantasy & Horror: 2015, ed. Paula Guran, juin 2015

Repris dans l'anthologie Star Quake 3: SQ Mag’s Best of 2014, ed. Sophie Yorkston, décembre 2015

Repris dans l'anthologie Lontar: The Journal of Southeast Asian Speculative Fiction #6, ed; divers, avril 2016

2014 The Gods Will Not Be Slain (nouvelle, SF), anthologie The End Is Now, ed. John Joseph Adams & Hugh Howey, septembre 2014

"[...] After a group of humans have their minds uploaded into the internet, they begin a shadow war, some trying to use the computers of the world to bring about utter destruction while others strive to save it. Maddie, a young girl whose father is one of the computer-people trying to save the world, must watch as her father falls victim to his enemy and the world descends into war. She holds to the hope of reviving her dad at the place where he was uploaded, and succeeds, though in doing so opens the world up to greater threat. Her father, in his last act, takes Maddie's advice and tries a dangerous gambit, one that neutralizes the threat and creates something no one anticipated. [...]" (Charles Payseur, Tangent Online, septembre 2014)

2014 The Ussuri Bear (nouvelle, steampunk), anthologie Beast Within 4: Gears & Growls, ed. Jennifer Brozek, octobre 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans Lightspeed, avril 2015, accompagné du podcast

Repris dans l'anthologie Steampunk Universe, ed. Sarah Hans, janvier 2018

2014 Presence (nouvelle), Uncanny #1, novembre-décembre 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"The main character [...] rents time on a remote control robot to visit his dying mother in China. He wrestles with guilt for not going in person and performs small tasks with the robot such as cutting his mother's fingernails. Eventually, she dies and he finds himself unable to mourn until his daughter needs him to cut her fingernails for her. [...] " (Jamie Lackey, Tangent Online, décembre 2014)

2014 The Long Haul (from the ANNALS OF TRANSPORTATION, The Pacific Monthly, May 2009) (nouvelle), Clarkesworld #98, november 2014, accompagné du podcast

Traduction : Long-courrier, traduit par Thomas Bauduret, Galaxies nouvelle série n° 36/78, juillet 2015

Nouvelle traduction par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Dans cet univers, l’incendie du Hindenburg en 1937 n’a pas eu lieu et les dirigeables ont connu un développement favorisé par la Loi sur l’énergie propre qui impose sur tout produit entrant aux États-Unis une lourde taxe calculée selon l’empreinte carbone du moyen de transport. Combinée avec la hausse des carburants, cette loi s’est vite révélée une véritable aubaine pour tous les transporteurs aérostiers.En 1962, le président John F. Kennedy célèbre la dernière traversée de l’Atlantique par le Hindenburg, après vingt-cinq ans de service.

Le narrateur, journaliste au Pacific Monthly, a obtenu de Barry Icke, pilote de dirigeable avec son épouse Yeling, l’autorisation de l’accompagner pour un vol allant de Lanzou en Chine jusqu’à Las Vegas. Le zeppelin est un modèle baptisé le Dragon d’Amérique et le journaliste relate tous les épisodes de la traversée. (P.C.)

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year: Volume Nine, ed. Jonathan Strahan, mai 2015

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Science Fiction & Fantasy. 2015 Edition, ed. Rich Horton, juin 2015

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Science Fiction: Thirty-Second Annual Collection, ed. Gardner Dozois, juillet 2015

Repris dans l'anthologie Clarkesworld: Year Nine, Volume One, ed. Neil Clarke & Sean Wallace, avril 2018

Repris dans l'anthologie The Very Best of the Best: 35 Years of the Year's Best Science Fiction, ed. Gardner Dozois, février 2019

* Prix Sidewise 2014 : victoire (meilleure nouvelle d’histoire alternative)

* Prix Locus 2015 : 16e place (meilleure nouvelle)

2014 Saboteur (nouvelle), Analog, décembre 2014

2014 The Dust Garden (nouvelle, SF), SFComet, décembre 2014

Traduction : Le Jardin de poussière, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

À bord du Sabira, il y a six cents pionniers aux talents divers, nécessaires pour qu’une colonie prospère sur un monde nouveau.

La narratrice est réveillée par l’ordinateur. L’atterrissage a été plus rude que prévu et il a fallu larguer les réacteurs à fusion endommagés. Le vaisseau fonctionne sur des batteries chargées par cellules photovoltaïques mais les ingénieurs n’ont pas prévu les effets de la poussière. Il va falloir nettoyer les panneaux, ce qui l'exposera aux radiations et aux impacts de météorites. Elle sait que l’ordinateur l’a choisie parce qu’on peut se passer d’elle. Après tout, elle n’est que l’artiste de bord, un simple accessoire de propagande ... sauf si ses talents se révèlent d'une importance insoupçonnée. (P.C.)

Repris dans l'anthologie Everyone : Worlds Without Walls, ed. Tony C. Smith, décembre 2017

2015 Cassandra (nouvelle), Clarkesworld #102, mars 2015 accompagné du podcast

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

"The titular character [...] isn’t a villain, no matter what a certain red cape-wearing superhero would like everyone to think. A clairsentient who sees the future through the objects she touches, Cassandra, like the figure from Greek mythology, can never convince anyone that her visions are real. When one attempt to avert the future inadvertently makes it worse, the earnest but misguided man-with-an-S-on-his-chest decides that she’s a villain, insisting that nothing would have gone wrong if not for her interference. Cassandra knows better, and so the two of them enter a covert contest of will, each doing what they feel best and struggling against one another when it becomes unavoidable. [...]" (Steve Barry, Tangent Online, mars 2015)

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Dark Fantasy & Horror: 2016, ed. Paula Guran, juillet 2016

Repris dans l'anthologie Clarkesworld: Year Nine, Volume One, ed. Neil Clarke & Sean Wallace, avril 2018

2015 The Gods Have Not Died in Vain (novelette, SF), anthologie The End Has Come, ed. John Joseph Adams & Hugh Howey, mai 2015

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction of the Year: Volume 1, ed. Neil Clarke, juin 2016

2015 Crystal (nouvelle), Daily Science Fiction, octobre 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2016 An Advanced Readers' Picture Book of Comparative Cognition (nouvelle), recueil The Paper Menagerie and Other Stories, mars 2016

Traduction : Imagier de cognition comparative pour lecteur avancé, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Le narrateur évoque auprès de sa fille le souvenir de sa mère qui, membre du Programme d’orientation LENS, est partie pour un voyage sans retour à 550 unités astronomiques du Soleil dans l'espoir de prendre contact avec une civilisation extraterrestre. C'est l'occasion de souligner le rôle de la mémoire et ses limites.

En parallèle, le texte examine plusieurs races extaterrestres et leur rapport à la mémoire et à la communication au sein des familles. (P.C.)

Repris en podcast dans Escape Pod #629, mai 2018 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

Repris dans Lightspeed #109, juin 2019

2016 The Snow Train (novelette), anthologie Genius Loci: Tales of the Spirit of Place, ed. Jaym Gates, juin 2016

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

repris in Lightspeed #95, avril 2018

2016 Dispatches from the Cradle: The Hermit – Forty-Eight Hours in the Sea of Massachusetts (nouvelle, SF), anthologie Drowned Worlds, ed. Jonathan Strahan, juillet 2016

Traduction : Messages du Berceau : L’ermite – Quarante-huit heures dans la mer du Massachusetts, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

À la suite du réchauffement climatique, l’eau a recouvert la plus grande partie de la Terre. Certains, comme l’Union des réfugiés de Singapour, les réfugiés des déserts d’Asie intérieure et les autres collectifs flottants situés au large des côtes d’Afrique ou d’Amérique centrale survivent par pure obstination. L'essentiel de l’humanité s’est éparpillé sur trois planètes, une lune et une dizaine d’astéroïdes aménagés. Pourtant, on a décidé d’investir dans la terraformation, et de la Terre, et de Mars.

Après avoir contribué à convaincre l'humanité à investir dans la terraformation de la Terre et de Mars, Asa --π a démissionné, divorcé de ses époux et épouses, liquidé tous ses biens, puis rejoint la Terre où elle s'est lancée à la dérive avec un simple kit d’habitat de survie, en 2645, ère solaire 22385302. À sa grande surprise, le reporter narrateur a été invité par Asa qui a accepté de lui donner une interview sur son habitat flottant. (P.C.)

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction of the Year: Volume 2, ed. Neil Clarke, avril 2017

Repris dans l'anthologie The Year's Best Science Fiction: Thirty-Fourth Annual Collection, ed. Gardner Dozois, juillet 2017

Repris dans l'anthologie Oceans: The Anthology, ed. Jessica West, septembre 2017

* Prix Locus 2017 : 31e place (meilleure nouvelle)

2016 Seven Birthdays (nouvelle, SF), anthologie Bridging Infinity, ed; Jonathan Strahan, octobre 2016

Traduction : Sept Anniversaires, traduit par Pierre-Paul Durastanti, Une Heure-Lumière, hors série 2018 ; repris dans le recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

Mia a sept ans. Son père est en colère après sa mère qui arrive en retard pour son anniversaire. Sa volonté de trouver des solutions au dérèglement climatique et son implication dans des institutions internationales la rendent peu disponibles pour sa famille. Ils l’aiment, elle le sait, bien qu’ils ne s’aiment plus, mais savoir cela ne lui facilite guère les choses.

Le récit va mettre en lumière sept anniversaires de Mia à des âges de plus en plus éloignés qui sont des puissances de sept : 49 (72), 343 (73), 2401 (74), 16 807 (75), 117 649 (76) et 823 543 (77). De l’upload des consciences à la posthumanité, l’aura de sa mère baignera en permanence l’existence de Mia. (P.C.)

L'avis de FeydRautha

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction & Fantasy of the Year : Volume 11, ed. Jonathan Strahan, avril 2017

Repris dan sl'anthologie The Year's Top Hard Science Fiction Stories, ed. Allan Kastner, septembre 2017

* Prix Locus 2017 : 7e place (meilleure nouvelle)

2017 Ticket (nouvelle), Stanford Anthology for Youth, juin 2017

Repris en podcast dans Toasted Cake #200, novembre 20118 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2017 An Open Letter to the Sentient AI Who Has Announced its Intention to Take Over the Earth (nouvelle, SF), anthologie Unidentified Funny Objects 6, ed. Alex Shvartsman, octobre 2017

"An Open Letter to the Sentient AI who has Announced its Intention to Take Over the Earth" by Ken Liu describes its plot in the title. The letter describes how the writer can be useful to the mechanical overlord. I don't feel the series of jokes really hangs together as a story." (Chuck Rothman, Tangent Online, octobre 2017)

Repris en podcast dans Toasted Cake #186, mai 20118 ; lien Internet (consulté en juillet 2019)

2017 The Hidden Girl (novelette, fantasy), anthologie The Book of Swords, ed. Gardner Dozois, octobre 2017

Traduction : La Fille cachée, traduit par Benjamin Kuntzer, anthologie Épées et Magie, Pygmalion, octobre 2019

Autre traduction : La Fille cachée, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Âgée de dix ans et fille unique d’un général, la narratrice rencontre une moniale. Celle dont le talent particulier est, de son propre aveu, le vol de vies, lui dit qu’elle ferait une excellente voleuse. La moniale demande au général de lui confier sa fille et, face à son refus, utilise la magie pour enlever la fillette.

Pendant les années qui suivent, celle qui s’appelle désormais Yinniang – la Fille Cachée – s’entraîne en compagnie de deux autres jeunes filles qu’elle considère comme ses sœurs. Quand elle atteint seize ans, la moniale lui explique qu’elles vivent une époque chaotique et que le seul choix moral consiste en l’amoralité. Les grands seigneurs les engagent afin de frapper leurs ennemis et elles mènent leurs missions avec dévouement et loyauté. Tuer le gouverneur sera son examen final. Quand elle découvre que celui-ci ne correspond pas du tout au portrait qu’on a fait de lui, elle est amenée à remettre en cause ses convictions. (P.C.)

* Prix Locus 2018 : 9e place (meilleure novelette)

2018 Quality Time (novelette, SF), anthologie Robots vs. Fairies, ed. Dominik Parisien & Navah Wolfe, janvier 2018

Traduction : Moments privilégiés, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en mai 2020)

Le narrateur est accueilli avec les nouveaux embauchés chez weRobot, une start-up de la Silicon Valley. Il fait la connaissance d’Amy, une programmeuse d’une quarantaine d’années, qu’il intrigue en lui confiant qu’il est diplômé en lettres et science sociales et humaines après des études de folklore et mythologie. Il est assigné à l'équipe Automates domestiques avancés, l’équipe à laquelle qui a comme vague mandat de créer des produits révolutionnaires distincts des gagne-pain de weRobot.

Un séminaire qui insiste sur l’idée que la robotique comportementale tire son inspiration de l’étude des animaux et la découverte par sa colocataire d’un rat dans la cuvette des WC lui donnent une idée. Le Vegnor, un robot lisse et brillant, à l’allure de rat, se vend comme des petits pains. Du moins dans un premier temps … Mais le narrateur est déjà passé à l’idée suivante.(P.C.)

Repris dans l'anthologie The Best Science Fiction and Fantasy of the Year: Volume Thirteen, ed. Jonathan Strahan, avril 2019

Repris dans l'anthologie The Year's Top Robot and AI Stories, ed. Allan Kastner, mai 2019

Repris dans Future Science Fiction Digest #6, mars 2020

* Prix Locus 2019 : 5e place (meilleure novelette)

2018 Cosmic Spring (nouvelle, SF), Lightspeed #94, mars 2018

Traduction : Printemps cosmique, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

La conscience resurgit. L'entité ignore depuis combien de temps elle dormait. Il reste une si petite quantité d’énergie dans le réservoir de l’île-nef qu'elle l’économise au mieux. C'est une lueur ténue dans l’abysse qui l'a réveillée. Elle modifie sa trajectoire pour mettre le cap sur ce qui est peut-être la dernière étoile de l’univers. L’univers est maintenant plongé dans l’hiver, c’est la conclusion à laquelle elle est arrivée après avoir étudié le sujet pendant 6,7 milliards d’années. Mais est-ce la fin de l’univers ou la fin de cet univers ? (P.C.)

L'avis de FeydRautha

* Prix Locus 2019 : 18e place (meilleure nouvelle)

2018 Byzantine Empathy (novelette), anthologie Twelve Tommorrows, ed. Wade Roush, mai 2018

Traduction : Empathie byzantine, traduit par Pierre-Paul Durastanti, recueil Jardins de poussière, novembre 2019

Tang Jianwen doute de l’efficacité des organisations caritatives pour réellement aider les réfugiés. Même si elle gagne sa vie en tant que programmatrice de services financiers, c’est son activité de minage pour les cryptomonnaies qui la passionne. Seules les maths comptent ici, la logique de la théorie des nombres et l’élégance de la programmation formant un indéfectible code de confiance. Sa camarade de fac Sophia Ellis occupe un poste de cadre dirigeant chez Réfugiés Sans Frontières. Elle comprend vite que la création d’Empathium par Jianwen risque de marginaliser son association en s’appuyant sur le blockchain. L’une privilégie l’empathie, l’autre la raison. Qui a raison et quel rôle la réalité virtuelle peut-elle jouer dans leur désaccord ? (P.C.)

2018 The Explainer (nouvelle, SF), Lightspeed #100, septembre 2018

"[...] an Alexa-type home assistant harnesses its storytelling module to learn to smooth over its own glitches, something only realized when a troubleshooter comes to a home and listens to the young girl living there as he is running through his diagnostic routines." (Karen Burnham, Locus, octobre 2018)

2019 Thoughts and Prayers (), Slate, série Future Tense, janvier 2019

Traduction : Pensées et prières, Bifrost n°97, janvier 2020

La jeune étudiante Hayley Fort a été abattue lors d'une fusillade au cours d'un festival de musique. Emily, la sœur de la jeune fille, ainsi que ses parents, Gregg et Abigail, évoquent des souvenirs, mais Abigail veut en faire plus et, avec l'aide de sa belle-sœur Sara, utilise les ressources de l'intelligence artificielle pour mettre la vie de sa fille en ligne. Elle ne se résout pas à ce que celle-ci soit une simple statistique de plus. La vidéo devient vite virale mais les trolls ne tardent pas à déferler. L'affrontement est de plus en plus violent et l'armure logicielle que Sara conseille à Abigail devient une arme à double tranchant. (P.C)

L'avis de Gromovar (consulté en janvier 2020)

* Prix Locus 2020 : 8e place (meilleure nouvelle)

2019 Booksavr (SF), F & SF, septembre 2019

"[...] a recounting of an internet blog, set in the mysterious 20XX. The blog centers around the debate about an artificial semi-intelligence, an app which rewrites an author’s work to be more progressive and suit the reader’s personal identity politics. In what closely mirrors the constant state of twitter and internet politics as a whole, numerous comments on either side of the argument lay into the debate, with varying degrees of sense and vulgarity. [...]" (Seraph, Tangent Online, septembre 2019)

2020 Idols (SF), anthologie Made to Order: Robots and Revolution, ed. Jonathan Strahan, mars 2020

On a d’abord développé les idoles comme intermédiaires permettant aux célébrités de nouer des liens plus puissants avec leurs admirateurs. Des psychologues, des spécialistes d’apprentissage automatique et des sculpteurs de réseaux neuronaux ont mis leurs talents en commun. Après avoir créé un compte, un fan pouvait parler avec l'idole numérique pendant des heures à travers son écran. Puis cette technologie s'est répandue en se diversifiant. Le récit s’attache à trois cas d’utilisation de ces idoles.

Dylan n'a jamais connu son père que sa mère a toujours considéré comme un simple donneur de sperme. Grâce à un examen d'ADN , il retrouve cette branche de sa famille mais il apprend que son père est mort. Jugeant les souvenirs évoqués insuffisant, il décide de faire de lui une idole.

Bella, qui vit avec Dylan, dirige une équipe de juriste et utilise les idoles pour préparer le voir dire - l’audience visant à déterminer la recevabilité des jurés - et la confrontation avec la partie adverse.

Sara Honan est une artiste qui a simplifié l'interface pour les outils professionnels de sculpture d'idoles afin que les spectateurs de son exposition n'aient pas besoin de connaissances techniques. À la fin de l’expérience, ils sont invités à enregistrer leurs réactions. (P.C.)

L'avis de FeydRautha (consulté en avril 2020)

L'avis de Gromovar (consulté en avril 2020 )

2020 2054: Uma (SF), web-anthologie Avatars Inc, ed. Ann VanderMeer, mars 2020

Lien Internet (consulté en mars 2020)

Le point de départ de la nouvelle est le même que celui de toutes celles qui composent cette anthologie à l’initiative de la fondation Xprize. Des missions Avatar Inc. parcourent le système solaire pour récupérer les cartes mémoire de leurs plus précieux robots Avatars, couvrant le 21ème siècle. Les récits sont les transcriptions du contenu de ces mémoires.

Anna refuse de signer l’accord que lui propose l’avocat de son syndicat, elle estime avoir fait correctement son travail. Il lui répond que la jurisprudence est en sa défaveur. Personne ne peut comprendre, personne n’était là.

C’était le pic de la saison des incendies, la pire des dix dernières années. Ce jour-là, Anna était aux commandes d’un Uma, un Avatar Utilitaire de Maintenance, de sa société PacCAP. Vaguement humanoïde, haut d’un mètre cinquante complètement déployé et d’un poids de vingt-cinq kilos, c’est un engin destiné à des tâches d’entretien léger avec quelques accessoires basique. Après avoir démonté les composants les plus coûteux de l'équipement de distribution et les avoir rangés dans un bunker de stockage ignifugé, Anna s’apprêtait à laisser l’Uma dans le bunker et à se déconnecter quand elle a entendu des cris d’appel à l’aide. Un couple se tenait devant une maison en feu et parlait de trois enfants coincés dans leur chambre. Dans le bureau de San Francisco, Sarah, la supérieure d’Anna, lui disait de se contenter d’appeler les secours, lui rappelait qu’elle n’était pas apte à intervenir et multipliait les mises en garde. Pourtant l’aide risquait fort d’arriver trop tard. Reste à savoir si l’avocat a raison en affirmant qu’aucun bienfait ne reste impuni. (P.C.)

ANTHOLOGIES

2016 Invisible Planets: Contemporary Chinese Science Fiction in Translation, Tor, novembre 2016

* Prix Locus 2017 : 2e place (meilleure anthologie)

2019 Broken Stars: Contemporary Chinese Science Fiction in Translation, Tor, février 2019

SÉLECTION D'ESSAIS

2013 Gathered in Translation, Clarkesworld #79, avril 2013

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2014 An Introduction to Contemporary Chinese Science Fiction (in Translation), Argentus, 23 novembre 2014

Lien Internet (ensemble du magazine, consulté en juillet 2019)

2014 China Dreams: Contemporary Chinese Science Fiction, Clarkesworld #99, décembre 2014

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2015 Another Word: It's Good to Be Lazy and Foolish, Clarkesworl #104, mai 2015

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2016 Another Word: Let's Write a Story Together, MacBook, Clarkesworl #104, janvier 2016

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

2016 You Don't Have to Write Autobiography, Lightspeed: People of Colo(u)r Destroy Science Fiction! Special Issue #73, juin 2016

2016 Another Word: The Joy of Helping, Clarkesworld #123, décembre 2016

Lien Internet (consulté en juillet 2019)

LIENS INTERNET

Site personnel :

https://www.kenliu.name (consulté en septembre 2019)

Encyclopedia of Science Fiction :

https://www.sf-encyclopedia.com/entry/liu_ken (consulté en septembre 2019)

Internet Speculative Fiction Data Base :

http://www.isfdb.org/cgi-bin/ea.cgi?49931 (consulté en septembre 2019)

Wikipedia :

https://en.wikipedia.org/wiki/Ken_Liu (consulté en septembre 2019)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Ken_Liu (consulté en septembre 2019)

NooSFere :

https://www.noosfere.org/livres/auteur.asp?numauteur=2147193169 (consulté en septembre 2019)

Quarante-Deux :

https://www.quarante-deux.org/exliibris/oeuvres/l/Ken_Liu/ (consulté en septembre 2019)