Derek Künsken

BIOGRAPHIE

Derek Stéphane Künsken est né le 13 mars 1971 à Cobourg, Ontario, Canada, issu de sept générations de Québecois.

Il fait ses études de premier cycle à l'Université de Guelph et obtient une maîtrise en biologie moléculaire à l'Université McMaster, mais il abandonne la science pour travailler avec les enfants des rues au Honduras. Après son retour au Canada, il remplit divers postes jusqu'à ce qu'il se joigne à la fonction publique fédérale canadienne, pour laquelle il s'occupe de réfugiés et joue un rôle de diplomate en Colombie et à Cuba.

À 15 ans, il commence son premier roman, avec l'intention d'en faire quelque chose comme Tarzan ou John Carter de Mars. Ce n'est qu'à l'âge de 25 ans qu'i ll'achève, alors qu'il termine ses études secondaires et deux diplômes universitaires.

Il commence à publier de la science-fiction avec Tidal Maneuvers en 2006, et se met à écrire régulièrement des courts textes de fiction pour des magazines. En 2012, The Way of the Needle remporte le prix des lecteurs d'Asimov's. Son premier roman, The Quantum Magician, sort en série dans Analog en 2018 avant d'être publié sous forme de livre la même année. Sa suite The Quantum Garden sort en octobre 2019.

Dans le monde des comics, il contribue en tant qu'auteur à l'épisode Gorillas in the Ring du premier numéro de l'anthologie Flip, publiée par Markosia en décembre 2018, ainsi qu'à Frankenpuppy dans le second numéro. Il est aussi le scénariste de Briarworld, publié par Webtoons.com.

Il intervient également sur le site web Black Gate, en particulier sur les comics et leurs adaptations au cinéma et à la télévision.

Ces dernières années, il a fait de fréquents voyages en Chine où son premier roman et plusieurs de ses nouvelles ont été traduits.

Il vit maintenant dans la ville québecoise de Gatineau, en face d'Ottawa avec son fils Joshua.

Principale source : Locus, février 2019

UNIVERS

- Quantum Evolution (SF)

Dans un avenir lointain, l’humanité utilise, pour se déplacer à de grandes distances, les trous de vers permanents laissés par une race disparue et contrôlés par de grandes puissances, alors que de simples trous de ver temporaires peuvent être générés par des vaisseaux spatiaux.

Parmi ces puissances majeures, on compte la Congrégation vénusienne, la Ploutocratie anglo-espagnole, le Royaume du Milieu, la Fédération des Théocratie fantoches et l’Oumma. D’autres puissances leur doivent allégeance, c’est le cas de l’Union subsaharienne soumise à la Congrégation.

À côté de l’Homo sapiens , le génie génétique a donné naissance à d’autres races humaines.

L’Homo quantus est un humain dont le cerveau est le fruit de travaux poursuivis sur onze générations pour en développer les aptitudes tant mathématiques que géométriques et pour le doter d’une mémoire eidétique, dans le cadre d'un projet initié puis abandonné par les Banques anglo-espagnoles. Ayant conclu que la conscience était l’élément qui effondrait les systèmes quantiques en résultats clairs et nets, ce projet s’est fixé pour but de concevoir des humains capables de se départir de leur conscience et de leur subjectivité afin de ne pas effondrer le phénomène quantique. Grâce à des électroplaques, placées sous les côtes, qui se comportent comme des batteries, ils peuvent alimenter le lobe temporal gauche de leur cerveau, au dépens de leurs aptitudes relationnelles et sensitives, et les faire passer en mode « savant ». Ils peuvent même passer à un stade supérieur, entrer en fugue quantique où leur subjectivité est remplacée par une intelligence quantique.

Par ailleurs, sur Oler qui a toujours été un monde de mineurs et où les efforts fournis pour survivre étaient éreintants, dangereux et souvent futiles, des humains ont créé les Homo Pupa, surnommés Fantoches, pour faire le travail. Leurs corps n’atteignent jamais une taille adulte et leur câblage biochimique les oblige à vénérer, en toutes circonstances, leurs créateurs qu’ils surnomment Numen. Autrement dit, ceux-ci ont conçu une espèce d’esclaves miniatures qui les adore. En même temps, les Numen redoutaient les Fantoches à juste titre puisque depuis ce qu’on a appelé la Révolte fantoche, que ceux-ci surnomment la Chute, les Numen ont été renversés et, tout en restant l’objet d’idolâtrie, sont devenus quasiment les otages des Fantoches.

Les Homo eradinus, quant à eux, se donnent le surnom de Tribu du Bâtard et ne peuvent survivre que dans les écrasante pressions d’un océan extraterrestre, séparés de l’humanité et de leur monde d’origine, en proie à des pathologies mentales.

Cet univers a donné naissance à une sous-série :

- Venus Ascendant (SF)

Série située avant Quantum Evolution

ROMANS

R.01 The Quantum Magician (univers Quantum Evolution), Rebellion/Solaris US, octobre 2018

Traduction : Le Magicien quantique, traduit par Gilles Goullet, Albin Michel, collection Imaginaires, mars 2020

Première parution dans Analog, janvier-février 2018 (1e partie), mars-avril (2e partie), mai-juin (3e et dernière partie)

Belisarius Arjona est un Homo quantus [Voir onglet Univers, univers Quantum Evolution]. Il y a douze ans, il a quitté la Mansarde qui sert de refuge à ceux de son espèce et celle dont il était le plus proche, Cassandra Mejía. Dans certains milieux, la réputation d'escroc qu'il a acquise au fil du temps lui a valu le surnom de magicien quantique. C'est sur la base de cette information qu'une militaire de l'Union subsaharienne, Ayen Iekanjika, vient le rencontrer. Elle lui raconte qu’il y a quarante ans, la Congrégation a ordonné à l’Union d’envoyer une mission de reconnaissance armée en plein territoire du Royaume du Milieu. La Force expéditionnaire a alors découvert un nouveau type de moteur révolutionnaire, le moteur à inflatons, les particules qui renferment la force responsable de l’expansion continue de l’univers. Aujourd’hui, ceux qui ont envoyé Iekanjika veulent faire passer douze vaisseaux de guerre par le trou de ver des Fantoches, amorce de leur guerre d’indépendance. Si Belisarius réussit, la récompense sera à la hauteur de cet exploit à priori irréalisable.

Stimulé au moins autant par le défi intellectuel que par la prime, le magicien quantique commence par constituer son équipe, avec déjà un plan en tête. Outre Cassandra, il fait appel à d’anciennes connaissances, William Gander, celui qui lui a appris les ficelles des arnaques en tout genre, Marie Phocas, ex-sergente révoquée par l’armée, spécialiste en explosifs et l’IA sans doute la plus complexe de la civilisation mais dont le seul problème est qu’elle se croit le Saint Matthieu de la Bible, réincarnée pour relancer le culte moribond de la chrétienté et décidée à sauver l’âme de Belisarius. Trois autres personnages complètent l’équipe. Vincent Stills est un Homo eridanus, un de ceux qui se revendiquent de la Tribu du Bâtard et qui ne peuvent survivre que dans les écrasante pressions d’un océan extraterrestre, séparés de l’humanité et de leur monde d’origine, en proie à des pathologies mentales. Gates-15 est un Fantoche, un de ces êtres créés par les Numen de manière que leurs corps n’atteignent jamais une taille adulte et que leur câblage biochimique les oblige à vénérer leurs créateurs en toutes circonstances. Enfin, Antonio Del Casal est un généticien capable de transformer un Fantoche mutant en faux Numen.

L’idée de Belisarius est toute simple : détourner l’attention des Fantoches de leur manœuvre. Problème : sa mise en œuvre est infiniment plus complexe que son énoncé. (P.C.)

L'avis d'Apophys (consulté en février 2020)

L'avis de Gromovar (consulté en février 2020)

L'avis de FeydRautha (consulté en février 2020)

* Prix BSFA 2018 : présélection (meilleur roman)

* Prix Locus 2019 : 6e place (meilleur premier roman)

* Prix Aurora 2019 : nomination (meilleur roman – anglais)

* Prix Sunburst 2019 : présélection (adultes)

R.02 The Quantum Garden (univers Quantum Evolution), octobre 2019.

"The ultimate chase.

Days ago, Belisarius pulled off the most audacious con job in history. He’s rich, he’s back with the love of his life, and best of all, he has the Time Gates, arguably the most valuable things in existence. Nothing could spoil this…

except the utter destruction of his people and the world they lived on. To save them, he has to make a new deal with the boss he just double-crossed, to travel back in time and work his quantum magic once again, tracking down the source of the wormholes.

If he can avoid detection, dodge paradox and stay ahead of the eerie, relentless Scarecrow, he might just get back to his own time alive." (Présentation sur Goodreads)

L'avis d'Apophys (consulté en octobre 2019)

* Prix Aurora 2020 : finaliste (meilleur roman)

R.03 The House of Styx (univers Quantum Evolution/Venus Ascendant), Rebellion/Solaris US, annoncé pour août 2020

SÉLECTION DE RÉCITS

2006 Tidal Maneuvers (nouvelle), On Spec #66, automne 2006, septembre 2006

2008 Beneath Sunlit Shallows (nouvelle, SF), Asimov's, juin 2008

Long ago, a starship brought human colonists to the Epsilon Indi system, but the destination planet had just suffered a major impact event, and the mission was redirected to a heavy gravity waterworld. To survive there, and escape the constant bombardment of the surface by asteroid fragments, people re-engineer their bodies for life in the oceans, and are now aiming for the seafloor. But it is a step too far. The most intelligent of the trial subjects argues that the whole effort is hopeless, that homo sapiens was never meant for such conditions, that only doom awaits. [...]” (Nick Gevers, Locus, mai 2008)

* Prix Asimov's 2009 : 4e place (meilleure nouvelle)

2011 The Gifts of Li Tzu-Ch'eng (nouvelle, fantasy), Black Gate, printemps 2011, avril 2011

"Li Tzu-Ch’eng wants to be emperor of all of China […]. A poor peasant, he is leading a ragtag army currently of little threat to Emperor Chong Zhen who is occupied with defeating the Menggu armies in the north. Li’s ultimate goal of becoming emperor and the removal of the Ming dynasty is far out of his reach until he meets the every special Nü Wa.

The former courtesan has skills of her own and bears gifts that have great potential as well as great risk. Like Li, she wants to see an end to the Ming dynasty. Heaven, acting through her, is offering Li four gifts. He will be allowed to choose three. However, the fourth unchosen gift will be used against him once the third gift is used in this rich tale steeped in history." (Kevin R. Tipple, Tangent Online, janvier 2012)

2011 To Live and Die in Gibbontown (nouvelle, SF), Asimov's, octobre-novembre 2011

[…] a broad cyberpunk satire done with bonobos and gibbons [...]” (Gardner Dozois, Locus, novembre 2011

Repris dans l'anthologie Imaginarium 2012: The Best Canadian Speculatve Writing, ed. Sandra Kasturi & Halli Villegas, juillet 2012

* Prix Asimov's 2012 : 3e place (meilleure nouvelle)

* Prix Aurora 2012 : nomination (meilleure nouvelle – anglais)

2011 The God Thieves (nouvelle, fantasy), Beneath Ceaseless Skies #84, décembre 2011

Lien Internet (consulté en novembre 2019)

"[…] set in an alternate-historical Italy, where Genoa and Venice use god-powered weaponry in their battle for supremacy. Their operatives enhance themselves by taking on the characteristics of other beings, which means hosting the being’s soul. In this story, a Genoese agent is pressed against his will to host a dragon’s soul in order to help steal a new god from Venice. [...]” (Rich Horton, Locus, février 2012)

2012 The Way of the Needle (novelette, SF), Asimov's, mars 2012

[…] fantasy disguised as SF, telling what is essentially a medieval court intrigue which here is being played out by ‘prickly metal creatures’ who somehow, impossibly, have evolved and created a civilization on a planet after its crust ans mantle have been stripped away by a supernova.” (Gardner Dozois, Locus, mai 2012)

Repris en podcast dans Escape Pod #446, mai 2014 ; lien Internet (consulté en décembre 2019)

* Prix Asimov's 2013 : victoire (meilleure novelette)

2013 Juan Caceres in the Zapatero's Workshop (nouvelle, fantasy), PodCastle #276, septembre 2013 ; lien Internet (consulté en décembre 2019)

"[...] a fantasy short story about magical street children in San Pedro Sula, Honduras [...]" (Derek Künsken sur son blog, août 2013)

Repris dans l'anthologie When the Hero Comes Home 2, ed. Gabrielle Harbowy & Ed Greenwood, septembre 2013

2013 The Dog's Paw (horreur), anthologie Chilling Tales Tow in Words, alas, Drown!, ed. Michael Kelly, septembre 2013

"If a Middle Eastern girl commits any infraction against the rigorous standards of decency, one of her father's limbs will turn into that of an animal. The only way to reverse the transformation, i.e. to restore honor, is to kill the girl by public stoning. U.S. Ambassador Lewis is there to further the U.N.'s Convention on Family Honor by convincing the fathers to kill their daughters despite the families' grief and resistance. Perry, Lewis' aide, is the protagonist who is in training to continue Lewis' work. The local police insist on prosecuting the families for murder. Perry follows orders out of admiration and respect for Lewis and uses the threat of withdrawing international aid to make the police reframe the cases as honor killings. [...]" (Lillian Csernica, Tangent Online, janvier 2014)

Repris dans l'anthologie The Best Horror of the Year: Volume Six, ed. Ellen Datlow, mai 2014

Repris en podcast dans Pseudopod #392, juin 2014 ; lien Internet (consulté en décembre 2019)

2014 Schools of Clay (novelette, SF, univers Quantum Evolution ?), Asimov's, février 2014

"[…] deliciously different class warfare story for two reasons. First, the POV is that of a hive creature struggling with individual desires that run counter to the demands of the hive. Second, this creature is a triangular, boron-silicate skate-like alien that lives on microgravity asteroids orbiting a radio pulsar black hole binary star system. These creatures thrive upon the radio energy broadcast by the pulsar and, according to class ranking, some even possess a hot radioactive “soul” bound in their gullets that serve as the voice of the hive.

Diviya is a doctor, raised above the status of soulless worker because of his ability to be trained when a previous doctor has died. But, he doesn’t care for the princesses and princes of the colony. Instead, he serves the workers. And he knows they will all be left behind to die when the colony flees the predatory shaghāl that inevitably find them. Diviya is a reluctant revolutionary, but finds himself driven to action after workers he knows are severely injured and killed by security drones hired by the landlords and tax farmers working for the princes and princesses.

Many revolutions are birthed out of the desperate need of the dispossessed, and this one is no different. The fact that the shaghāl find the colony before it is fully prepared to migrate adds to the tension, because anything Diviya does to disrupt the established order could threaten the colony’s existence. Survival drives his actions, while his hive-centric soul screams protest, until Diviya does the unthinkable and replaces his soul with that taken from a tax farmer brutally killed during the uprising. Now Diviya must chase the colony as it flees into space, pursuing a princess and the chance to rewrite the future colony’s very purpose. [...]" (Louis West, Tangent Online, janvier 2014)

Repris en podcast dans StaShipSofa #364, novembre 2014 ; lien Internet (consulté en décembre 2019)

Repris dans l'anthologie The Year's Best Science Fiction & Fantasy, 2015 Edition, ed. Rich Horton, juin 2015

* Prix Asimov's 2015 : 5e place (meilleure novelette)

2014 Buddha Circus (nouvelle, fantasy), anthologie A Darke Phantastique: Encounters with the Uncanny and Other Magical Things, ed. Jason V. Brock, 2014

"It's a story I really like, because how often does the narrative offer the possibility of Buddha riding a unicycle?" (Derek Künsken sur son blog, juillet 2014)

2014 Persephone Descending (novelette, SF), Analog, novembre 2014

Tandis qu'Américains, Australiens et Britanniques courent après les Chinois pour la domination de Mars, le Québec se sépare du Canada. L'Assemblée nationale du Québec décide de marquer le coup en tant que nation avancée en colonisant Vénus. Il n'y a pas d'argent à faire sur Vénus, mais ses nuages ont une valeur scientifique. C'est ce qu'on appelle "un grand geste". Le franc-parler de Marie-Claude Duvieusart a mené à son élection à la présidence du syndicat de l'ingénierie, au moment où les « colonistes » se divisent entre « nationalistes » et « séparatistes », partisans d’une Vénus coloniale et partisans d’une Vénus indépendante.

À soixante-huit kilomètres au-dessus de la surface de Vénus, Marie-Claude sort de l’usine flottante, vêtue de la combinaison qui la protège des radiations solaires et des émanations d’acide sulfurique, tandis qu’un drone de maintenance circule non loin. Elle pénètre dans son avion mais, peu après, le drone arrache une aile et elle n’a pas d’autre choix que de sauter en parachute, tandis que l’appareil plonge vers la couche de nuages. À la radio, Renaud, son superviseur, promet de venir à son secours, tout en avouant ne pas comprendre le comportement du drone. Marie-Claude voit celui-ci se diriger vers elle et se dit que, décidément, quelqu’un veut sa mort. (P.C.)

Repris en podcast dans StaShipSofa #388, mai 2015 ; lien Internet (consulté en décembre 2019)

Repris dans l'anthologie The Year's Best Military SF & Space Opera, ed. David Afsaharirad, juin 2015

* Prix Analog 2014: 2e place (meilleure novelette)

2015 Ghost Colors (nouvelle, SF), Asimov's, février 2015

Traduction : Couleurs Fantômes, traduit par Élisabeth Vonarburg, Solaris #207, juillet 2018

Vanessa ne supporte plus d’entendre Pablo parler de technologie, dès l’aube. À la différence de la jeune femme qui vit dans un présent vierge, Brian à besoin d’un passé et de souvenirs. Il s’est séparé très proprement de sa femme mais il ne s'est pas débarrassé de toutes leurs anciennes affaires. Vanessa l’encourage à aller voir le génothérapeute. Les risques sont minces et des gens hantés bien plus gravement que lui font ça tous les jours.

Lorsqu’il était encore en vie, Pablo vivait dans le passé, même alors qu’il courtisait Tante Nicole. Sa science n’avait rien fait d’utile pour le monde, son travail consistait à ajouter au savoir concernant la couleur des fossiles. Et, dans la mort, Pablo s’est accroché à un amour tout aussi inutile. Il a hanté Nicole pendant les dernières décennies de l’existence de celle-ci. Au cours des derniers mois de la vie de Nicole, les seules présences à son chevet ont été Brian et le fantôme de Pablo. Maintenant, celui-ci ne sait peut-être même pas qu’il hante Brian. Les fantômes errent jusqu’à se trouver une place où ils se sentent à l’aise, même s’ils ne comprennent pas pourquoi. (P.C.)

2015 Pollen from a Future Harvest (novella, univers Quantum Evolution), Asimov's, juillet 2015

"[…] a good mystery. Some of that mystery is in parsing the twists and turns related to time travel, along with the prose itself, but it is rewarding nonetheless. Major Okonkwo, of the Sixth Expeditionary Force of the Sub-Saharan Union, is a military auditor—a bookkeeper—and she has been given the open-ended task of auditing the entire base. There are layers, sub-plots, and twists here, but the main issue is dealing with a possible “grandfather paradox” associated with time travel. In this case, information can travel only one way, from a future only eleven years distant into the past. Something has happened up the line, and Okonkwo needs to find out why, and if it is related to the recent death (some would say murder) of her senior husband. […]" (Clancy Weeks, Tangent Online, mai 2015)

On retrouve dans cette novella la Sixième Force expéditionnaire de l’Union subsaharienne, qui joue un rôle clé dans le roman Le Magicien quantique.

2016 Flight from the Ages (novelette, SF), Asimov's, avril-mai 2016

3113 AD. Ulixes-316 est l'IA du vaisseau de douanes et tarifs commerciaux Le Marché des Produits Dérivés. Alors qu'elle est en pleine négociation financière, elle reçoit un message de la Première Banque de la Ploutocratie Anglo-Espagnole qui lui donne l'ordre de mettre fin à l'affaire en cours. Avec l'IA d'un autre vaisseau, Poluphemos-156, elle doit se rendre sur le système de la naine rouge Tirhene et découvrir la cause de l'arrêt subit de l'émission de tachyons, ces particules qui se déplacent dans le sens inverse de la flèche du temps, à partir de l'amas Praesepe.

Ulixes-316 arrive parmi les débris planétaires du système de Tirhene, restes de la guerre qui a opposé deux civilisations disparues. Poluphemos-156 est également sur les lieux. Les deux IA y découvrent ce qui paraît être une sorte de mine. Au moment où Poluphemos-156 veut en prendre possession, la mine explose, remplacée par une zone d'obscurité qui s'étend à une vitesse de plusieurs kilomètres par seconde. Ulixes parvient à s’échapper mais Poluphemos est rattrapée. Ulixes lui dit de se transférer à son bord mais seule 60% de l'IA est téléchargée avant la destruction du vaisseau. Pendant les siècles, les millénaires et les millions d’années qui suivent, Ulixes va se trouver en première ligne face à un cataclysme qui détruit progressivement tout l'univers connu et va devoir affronter son destin. (P.C.)

Repris dans l'anthologie The Year’s Best Science Fiction: Thirty-Fourth Annual Collection, ed. Gardner Dozois, juillet 2017

2018 The Quantum Magician (univers Quantum), Analog, janvier-février 2018 (1e partie), mars-avril (2e partie), mai-juin (3e et dernière partie)

Nouvelle parution en roman, Rebellion/Solaris US, octobre 2018

2018 Water and Diamond (novelette, univers Quantum Evolution), Asimov’s, novembre-décembre 2018

Traduction : Eau et Diamant, traduit par Élisabeth Vonarburg, Solaris #212, octobre 2019

Cent trente-cinq habitats humains orbitent autour de l’étoile de classe G appelée Shãngû. Les chantiers navals robotisés désassemblent les astéroïdes de ferronickel pour les transformer en nouveaux habitats, un effort qui suffit à peine à loger les neuf cents nouveaux colons qui arrivent par vaisseaux de transport toutes les semaines via un trou de ver.

Les industries automatisées procurent nourriture, logement, divertissement, soins médicaux et éducation, de sorte qu’on n’a besoin de rien, même pas d’un emploi. Les jeux sont de loin le passe-temps favori, en particulier les énormes jeux en ligne.

Ling Hui quitte l’habitat de quatre mètres sur trois, sans fenêtre qu’elle partage avec son mari Duyi. Elle revêt son uniforme d’agente de la sécurité et sort en espérant une promotion qui leur permettrait d’obtenir un appartement plus grand, voire assez de place pour un bébé. Ils pourraient déjà l’avoir si Duyi travaillait, mais il préfère s’immerger dans les jeux.

Comme les milliers d’IAs de chaque bureau de sécurité, Bãngshôu, celle de Hui, analyse les données des jeux vidéo. En effet, certaines des tâches policières les plus complexes trouvent leur source dans ces jeux. Hui remarque que, dans un jeu de RV, une énorme quantité de microparis a été téléchargée pour un compte anonyme, chacun pour une fraction de yuan seulement. Le simple nombre des microparis et leur vitesse suggèrent l’utilisation d’une IA, mais pourquoi prendre la peine de se procurer une IA pour cela et pourquoi placer des dizaines de milliers de microparis dans une monnaie qui serait difficile à convertir en yuan? Hui ordonne à Bãngshôu de retracer les transactions sans avoir la moindre idée des conclusions auxquelles vont la mener ses soupçons. (P.C.)

2019 The Ghosts of Ganymede (novelette, SF), Clarkesworld #148, janvier 2019, accompagné du podcast

Lien Internet (consulté en décembre 2019)

Une guerre nucléaire a opposé l’Éthiopie et l’Érythrée. Les survivants se sont rassemblés dans les quelques zones à faible rayonnement, sans aucune possibilité de sortir. La communauté internationale a alors payé pour les modifier génétiquement afin qu'ils résistent aux radiations. Les survivants ont ainsi pu traverser leurs terres dévastées, comme s'ils les hantaient. Leur seule chance de partir fut offerte par Fusion Power Corp qui avait besoin d'hélium 3. Leurs modifications génétiques en faisaient les seuls humains à pouvoir survivre aux radiations sur Ganymède.

Six atterrisseurs avec leurs réfugiés érythréens se posent ainsi qu’un peu plus loin, six autres avec les colons éthiopiens. Ils se mettent aussitôt au travail, dans un climat d’anxiété et des conditions de vie exécrables.

Ils découvrent ce qui ressemble à d’étranges pyramides. Des tombes extraterrestres ? Vieilles de millions d’années ? À l’intérieur, Kedija voit une carapace noire, comme un ver sur plusieurs jambes. Juste avant qu'elle ne disparaisse, Kedija réalise qu'elle est transparente. Puis, à la limite de la zone éclairée par leurs lampes, d'autres contours apparaissent dans l'ombre. D'autres créatures. Kedija et ses compagnons préfèrent partir. Ils ignorent encore que ces fantômes relèvent davantage de la physique quantique que de la xénobiologie. (P.C.)

2019 Franken-Puppy (nouvelle), PodCastle #602 (en podcast), novembre 2019

Lien Internet (consulté en novembre 2019)

Il s'agit de la version audio de la bande dessinée publiée dans le comic Flip #2.

2020 Tachyon Hearts Cannot Love (SF), Asimov's, mars-avril 2020

SÉLECTION D’ESSAIS

2014 Selling Short Fantasy, Science Fiction and Horror Fiction, Part I, site web Black Gate, octobre 2014

Lien Internet (consulté en décembre 2019)

2014 Selling Short Fantasy, Science Fiction and Horror Fiction, Part II, site web Black Gate, novembre 2014

Lien Internet (consulté en décembre 2019)

2014 Selling Short Fantasy, Science Fiction and Horror Fiction, Part III: Reprints, site web Black Gate, novembre 2014

Lien Internet (consulté en décembre 2019)

2015 On Becoming a Full-Time Writer, site web Black Gate, juin 2015

Lien Internet (consulté en décembre 2019)

2018 The Science Behind the Quantum Magician, Analog, juillet-août 2018

* Prix Analog 2018 : finaliste (meilleur article factuel)

LIENS INTERNET

Sites personnels :

https://www.derekkunsken.com/ (consulté en décembre 2019)

https://twitter.com/DerekKunsken (compte Twitter, consulté en décembre 2019)

Encyclopedia of Science Fiction :

rien

Internet Speculative Fiction Data Base :

http://www.isfdb.org/cgi-bin/ea.cgi?112921 (consulté en décembre 2019)

Wikipedia :

rien

NooSFere :

https://www.noosfere.org/livres/auteur.asp?numauteur=2147201847 (consulté en décembre 2019)

Quarante-Deux :

rien